UNE EXPO, UN RESTO, UN DODO À… VENISE

Depuis quand faudrait-il une bonne raison pour aller à Venise ? Voilà bien une des seules villes au monde suffisamment désirable pour qu’elle se dispense d’excuses pour s’y rendre et surtout ne pas y mourir à moins de sidération pour sa beauté.

Surprise à Venise !

Alors, autant dire que, quand une année sur deux, la Biennale d’Art en alternance avec celle consacrée à l’Architecture fait son show et installe son barnum tout le printemps et tout l’été, les conditions idéales sont réunies. Pour peu qu’une exposition majeure vienne en plus se greffer sur l’événement comme c’est le cas avec « Treasures from the wreck of the Unbelievable » de Damien Hirst à investir pour la première fois conjointement le Palazzo Grassi et la Punta della Dogana, les deux lieux d’exposition de la Fondation Pinault, l’excitation est alors à son comble.

Que l’on aime ou l’on déteste l’enfant terrible de l’art contemporain, ses installations démesurées, dans tous les sens du terme, ne laissent pas indifférents. 10 ans pas moins auront été nécessaires pour préparer ce qui ne s’apparente pas à une rétrospective mais à un projet d’envergure encore jamais atteint à ce jour sur plus de 4.500m2. On pourra toujours tenter de juger, non pas de la qualité plastique ou de la beauté formelle de chacune de ces 200 œuvres, présentées comme des trésors rescapés des mers et du naufrage d’un galion imaginaire, mais de la portée artistique de cette fiction sous-marine. À moins que le jugement n’ait ici aucune place et qu’au final il ne s’agisse que de joie, à l’instar de la dernière collaboration tout juste dévoilée entre Louis Vuitton et Jeff Koons, l’autre enfant terrible de l’art de l’autre côté de l’Atlantique, et leurs luxueux sacs « Masters ».
Énième prédication ou provocation ? Il importe peu comme de savoir si l’artiste de la finitude livre avec ce monde englouti son testament artistique ou s’il entend voguer vers de nouvelles aventures. Pour notre part nous nous élancerons pour l’occasion à la découverte de deux autres lieux à commencer par l’ultime réalisation d’un autre iconoclaste et touche-à-tout de génie. Philippe Starck vient en effet de créer le décor comme toujours onirique et doré sur tranche d’Amo, la dernière création signée des frères Alajmo au cœur de la T Fondation Tedeschi réinventée par Rem Koolhaas l’année dernière pour le compte de DFS (LVMH). À la fois caffe, pasticerria et trattoria, cette table qui vient s’ajouter aux étoilés Café Quadri de Venise et La Montecchia de Padoue, au triplement étoilé Calandre, toujours à Padoue, ou au Caffe Stern à Paris devrait en effet faire très vite parler d’elle et pas uniquement pour sa spécialité de pizzas vapeur à savourer à toute heure.

Pour rester dans la thématique, la tentation était grande d’adjoindre à cette expo et ce resto un dodo starckien, lui aussi, et mitoyen du Palazzo Grassi avec l’incontournable Palazzina G mais l‘appétit de la nouveauté nous imposait de lui préférer l’autre sensation du moment déjà dévoilée il y a quelques jours, la Casa Flora de Gioele Romanelli et Diego Paccagnella dont nous avons déjà dit ici tout le bien que nous en pensions. Entre enfouissement et surgissement, Venise n’a donc pas fini de créer la surprise !

DAMIEN HIRST

TREASURES FROM THE WRECK OF THE UNBELIEVABLE

du 09/04 au 03/12/17

PALAZZO GRASSI - PUNTA DELLA DOGANA

30124 Venise

T :+39 041 2401 308

visite@palazzograssi.it

AMO

T Fondaco dei Tedeschi

San Marco 5556

30124 Venise

T : +39 041 2412823

amo@alajmo.it

 

 

 

CASA FLORA

EXPERIENCE

THE VERY BEST

♥♥♥

San Marco 2313

30124 Venise

info@casafloravenezia.com

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.