MR. TRIPPER IS BACK FROM… AMANJENA

15 ans cette année, 15 ans d’amour pour cette merveille architecturale, ce manifeste de l’art mauresque, l’âge de raison et le temps de la renaissance. Pas question ici comme ailleurs de donner prise à l’adage faisant de la vieillesse un naufrage. Dans les quelques mois à venir, stigmates du temps auront disparus, goûts et travers d’une époque revus et éléments techniques modernisés sans toutefois toucher à ce rose et ce vert indissociables du lieu comme du pays, tant pis pour les impies.

In Shaa Allah !

how_new
Mais comme parfois avec Aman et souvent avec Ed Tuttle, l’un de ses architectes fétiches, à nouveau plus bâtisseur que designer dans le cas présent, trouver autant à plaire qu’à abhorrer, couleurs et formes se répétant à l’envie frôlant parfois l’excès. À bon entendeur salut ! Recommander de même aux porteurs d’egos surdimensionnés, exhibitionnistes ou voyeurs, amateurs de sensations fortes, d’excitations en tous genres ou de trépidations nocturnes, toujours plus nombreux sous ces latitudes de passer leur chemin pour laisser à d’autres le plaisir de croiser l’aimable et bienveillante route d’Astrid et Gabriel, hôtes parfaits de ces lieux, d’accrocher des sourires à l’image de celui de Soufiane, héros d’un service parfois et traditionnellement capricieux, de savourer l’art du thé servi chaque après-midi ou de se délecter des chants et musiques du Gnaoua ou de l’orchestre berbère rythmant chaque soir la descente des derniers rayons de l’astre solaire sur le bassin central.

Pour les avertis et esthètes, difficile de se repaître de la contemplation de cet ancien bassin d’irrigation de la Palmeraie sans cesse changeant sous les assauts du soleil comme de l’art de vivre marrakchi distillé ici loin de l’agitation tumultueuse de la Ville Rouge, de l’asepsie de la ville nouvelle ou de la vétusté de la Médina, théâtres d’autres Marrakech et toujours accessibles en moins de 15 minutes à bord d‘une des luxueuses BMW séries 7 ou X5 tendues de cuir beige et constituant la flotte de voitures à disposition des esprits plus aventureux ou simplement lassés des frontières verdoyantes des 5 hectares de ce Palais irréel répondant au nom d’Amanjena, littéralement paisible paradis.

amanjena-library-outside-mrtripper
LA LIBRAIRIE VUE DE L’EXTÉRIEUR | photo © MR. TRIPPER
amanjena-house-desk-mrtripper
LE BUREAU À L’ÉTAGE D’UNE MAISON| photo © MR. TRIPPER
amanjena-pavilion-outdorr-mrtripper
LA VUE D’UN PAVILLON DE SA TERRASSE | photo © MR. TRIPPER

Un palais, non pas sans rappeler son grand frère d’Amanbagh signé du même, largement inspiré des imposantes Alhambra de Grenade et Medersa Ben Youssef, empruntant aux Kasbahs berbères la noblesse des murs de pisé, mixant zelliges turquoises, carreaux de mica noir, talekadt rose et marbre vert de Ouarzazate pour former un ensemble unique d’architecture maure de 32 pavillons dont 6 avec bassins et 8 avec piscines parfaitement et symétriquement agencés autour d’un réseau de seguias ponctué de 6 maisons de deux chambres érigées sur deux niveaux et quelques sept mètres de hauteur sous plafond avec piscine privative là-encore et pour l’une d’entre elles, la superlative maison Al-Hamra, un service de majordome exclusif.

Quelque soit l’option retenue dans ce havre digne des Mille et Une Nuits, égayé des seuls chants des oiseaux, du clapotis des fontaines et du survol des papillons, bénéficier de la même démesure et du même agrément, des cheminées intérieures rigoureusement préparées chaque matin pour la flambée du soir à savourer un verre de vin local (décidément en constante progression) à la main accompagné de quelques fruits secs aimablement disposés et renouvelés chaque jour sur un plateau d’argent aux Minzahs extérieurs abritant derrière leurs rideaux, lits de repos et salles à manger intimes où se réfugier à l’abri de la chaleur, en passant par les bassins plus ou moins grands garnis de pétales de roses fraichement effeuillés à l’aube et entourés de transats agrémentés avec la même régularité avant l’heure du réveil de serviettes éponges, canotiers pour ces messieurs, chapeaux pour ces dames, sans oublier ces impressionnants dômes vénitiens couronnant des chambres aux parfaites proportions à quitter parfois avec regret tout comme les babouches « camel » à sa pointure fournies le premier jour. Heureusement disposer d’élégants burnous traditionnels dans les dressings pour arpenter dans la fraicheur du matin ou à la nuit tombée les passages grandioses menant selon, aux abords de la piscine pour un petit-déjeuner avec vue sur le golf ou à l’un des restaurants pour un dîner au choix d’inspiration marocaine, thaïe comme dans nombre d’Aman ou depuis peu sicilienne en souvenir de son ancienne obédience musulmane. Dîners tous aussi réussis les uns que les autres et à savourer avec la même facilité dans n’importe lequel des restaurants, le dit marocain avec son somptueux décor et son bassin central ceint d’oliviers restant un must tout aussi prisé des trop rares visiteurs extérieurs guidés là par les centaines de chandelles éclairant cette hiératique propriété dès la tombée du jour.

amanjena-house-interior-mrtripper
L’NTÉRIEUR D’UNE DES MAISONS | photo © MR. TRIPPER



AMANJENA

RESORT

THE VERY BEST

♥♥♥

BOOK NOW

amanjena-pool-private-mrtripepr
LA PISCINE D’UNE DES MAISONS | photo © MR. TRIPPER

A ce moment là plus qu’à n’importe quel autre, dans ce jeu de cache-cache entre ombre et lumière, dans cette confusion entre ciel et terre, dans ces reflets parfaits sur le bassin, ressentir quelque chose de l’ordre du sacré et du divin. Se faire le serment de revenir pour s’en assurer et prendre la mesure du lifting bientôt entrepris et vraiment nécessaire. Se donner ainsi une occasion de plus de tester à nouveau le spa enfin agrandi, les cours de cuisine bientôt à la carte ou de parcourir les alentours et ces paysages époustouflants, ces cours d’eaux chargés par la fonte des neiges, ces cultures de blé à perte de vue, ces champs de coquelicots, ces prairies fleuries, ces oliviers en cascades déjà rencontrés sur la route de Dar Ahlam et redécouverts cette fois lors d’une promenade dans l’Arbaa Tighdouine face aux cimes enneigées de l’Atlas, l’une des nombreuses excursions signées Aman bénie ici d’un déjeuner berbère dans la maison traditionnelle de la famille Brahim sommairement aménagée pour l’occasion avec quelques tapis et accessoires portés par un autre chemin à dos de mules et installés à temps comme par enchantement. Aux tajines bio aux proportions comme toujours démesurées cuites sur les braises et à la vue de cette terrasse panoramique, préférer pour cette prochaine fois la fausse simplicité d’un pique-nique emporté et dégusté au bord d‘un Oued sur la route du Kik ou face au lac Lalla Takerhoust ou bien plus fou le ralliement proposé d’Essaouira à l’Est en hélicoptère. Laisser à d’autres les ballades en dromadaires ou les randonnées en quad dans le désert d’Agafay et le cadre idéal de la Pause, déjà expérimentés pour avoir enfin le temps de musarder à vélo dans la palmeraie, de s’initier au golf sur le parcours mitoyen ou de prendre une leçon de tennis sur l’un des deux courts de terre battue, raquettes alignées et balles soigneusement rangées n’attendant que de donner le meilleur tout comme ces « minzah » ou la tente caïdale parfaits prétextes à la célébration de moments magiques dans ce jardin enfin mature quoique encore parfois trop taillé, affaire de goût.

Bien qu’étant du signe de la Vierge, s’agacer gentiment de cette rigueur extrême parfois intimidante et comprimant l’âme du lieu comme autour de cette piscine principale et monumentale de près de 35 mètres encerclée de colonnes, d’une haie de transats et d’hibiscus que l’on souhaiterait pour la seconde moins fournie et pour la dernière plus étoffée. Une lamentation avec quelques autres bien peu importantes et insuffisantes pour se couper l’envie de revenir comme ces bienheureux clients n’hésitant pas à séjourner ici pour plusieurs mois à l’instar de ces excentriques anglais croisés, accompagnés de leur lévrier, et ravis comme tout un chacun de l’absence avec Aman de facture à signer tout au long de la journée… parfait pour donner le sentiment d’être définitivement chez soi, un chez soi à 970€ minimum par nuit en « simple » Pavillon de 175m2 (sic) avec petits déjeuners parfaits, wifi impeccable et transferts aéroport offerts dont le fabuleux système « fast-track » à Ménara. Alors oui, avoir bien envie de prendre date, passées les grosses chaleurs estivales, pour célébrer la renaissance de ce Palais merveilleux et à nul autre pareil… si Dieu le veut !

amanjena-bassin-mrtripper
LE BASSIN CENTRAL AU LEVER DU JOUR | photo © MR. TRIPPER

Rigueur, rythme et majesté

Un Palais berbère unique | 32 Pavillons et 6 Maisons6 catégories, Pavillon Bassin ou Maison jardin 2 chambres de préférence

 Route de Ouarzazate km 12, Marrakech 40000, Maroc | Aéroport de Marrakech Menara, RAK | Itinéraire : rome2rio.com

Obtenir l'itinéraireOuvrir la carte toute seule en mode plein écran
AMANJENA | RESORT | THE VERY BEST ♥♥♥

chargement de la carte - veuillez patienter...

AMANJENA | RESORT | THE VERY BEST ♥♥♥ 31.608382, -7.934071 Read more...[su_button url=\"http://www.aman.com/resorts/amanjena\" background=\"#000000\" color=\"#ffffff\" wide=\"yes\" center=\"yes\" text_shadow=\"0px 0px 0px 0\"]BOOK NOW[/su_button]Amanjena, Marrakech, Maroc (Itinéraires)

Ouvert toute l’année 

Jan.Fev.Mar.Avr.MaiJui.Juil.AoûtSept.Oct.Nov.Déc.
19°21°24°27°30°34°39°39°34°29°24°20°
Let’s goWhy notNo way

Ed Tuttle, architecte | Gabriel Lousada, General Manager | Astrid Killian, Front Office Manager

Architecture époustouflante, bassin central et  seguias paradisiaques, piscine de 35 mètres, pavillons-villas-maisons-palais en guise de chambres, excursions et activités uniques aux alentours, proximité immédiate des golfs, localisation parfaite, restauration remarquable, sensations de calme, d’espace et d’exclusivité

À partir de 970€ TTC pour les Pavillons et 2.290€ pour les Maisons de 2 chambres | petits déjeuners, transferts aéroports et wifi inclus

Tel : + (212) 5 24 399 000  | Mail : amanjena@amanresorts.com | Web : amanresorts.com/amanjena 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.