SOUNDS TO TAKE AWAY… AUTUMN 2017

L’automne est enfin là et avec lui, non pas des feuilles mortes, mais une flopée de titres à ramasser à la pelle qui sonnent étrangement pour beaucoup comme une toute première fois ou un renouveau tant attendu.  

Autumn blend !

how_new
L’heure n’est pourtant plus au printemps. L’été est officiellement passé comme le chante The National sur l’hypnotique « Guilty Party », extrait de l’album de la cohérence et de la maturité qu’est « Sleep well the Beast », et l’hiver n’a pas encore pointé le bout de son nez mais c’est maintenant que sort « Snow », le joli retour sur la scène musicale d’Angus et Julia Stone. Retour gagnant également pour l’électro-pop mélancolique à souhait de St Etienne qui vient juste de lancer un nouvel EP dans la foulée de son neuvième album « Home Counties ». « Obvious » y sonne comme une double évidence. Idem pour Jay Jay Johanson qui sort avec « Paranoid » son onzième album. On l’avait oublié, on s’était lassé d’entendre la même ritournelle saison après saison mais voilà que le suédois vient nous susurrer à l’oreille et à l’heure de la sieste de nouveaux délires avec une grâce inégalée. Même émotion à l’écoute du treizième et dernier album de Tricky qu’on ne présente plus.

Cet album du contentement tel que l’a baptisé le rappeur britannique, ex-membre de Massive Attack, a la rondeur d’un dimanche d’automne entre gratte délicate et premier feu dans la cheminée. C’est exactement le décor qu’on s’imagine pour découvrir la folk langoureuse de Bedouine alias Azniv Korkejian qui rêve de moments doux et paisibles pour nous comme pour sa Syrie natale. Dans le sillage de Phoebe Bridgers, 23 ans, qui fait ses débuts depuis quelques jours avec son album « Strangers in the Alps » sur lequel figure le très beau et éthéré « Georgia », les filles aux voix délicates ou irréelles marquent cette rentrée comme jamais. Il y a bien sûr Lisa Mitchell découverte dans « Australian Idol » signant un parfait album de reprises dont le très beau « Lovefool » de The Cardigans mais il y a aussi la mystérieuse Robin Gib, 20 ans, qui aligne les tubes avec la régularité d’n métronome sous le « Vol.2 » de H.E.R, les trois initiales sous lesquelles elle cache un talent brut et une voix exceptionnelle.
Que dire de Charlotte Cardin, accessoirement mannequin et énième chanteuse à voix en provenance du Québec. À 22 ans seulement, son timbre unique entre Amy Winehouse et Adèle est une révélation. Avec le titre « Dirty Dirty », elle confirme comme le titre de son premier album qu’elle est bien une « Main Girl ». À 25 ans le multi-instrumentiste, chanteur, auteur-compositeur et producteur Jordan Rakei persiste et signe lui aussi son entrée dans la cour des grands avec « Wallflower » et son titre éponyme en duo avec Kaya Thomas-Dyke. Le parfum suave de ses giroflées s’assortit à merveille « Aromanticism », le romantisme sous aromathérapie de l’électron vocal Moises Sumney. Oscar & The Wolf aka le belge Max Colombie est un autre ovni dans le paysage musical. Il confirme avec son deuxième album et le titre « Breathing » qui lui sert de fer de lance tout son génie. S’il y a de fortes chances qu’il signe là le carton de la saison, le retour de Charlotte Gainsbourg en français dans le texte avec un héritage gainsbourien enfin assumé devrait quand même lui voler la vedette en tête des charts.

Mais ce mélange automnal de 16 titres pour 1 heure pile de musique n’aurait pas été complet sans la mention de l’album d’Unkle dont on retrouve ici aussi la très belle ouverture « Have you looked at yourself ? » ou le premier album Aetherlight de Mt Wolf dont l’hypnotique « Exit » sert de conclusion fort à propos. « Sounds to take away… Autumn 2017 », c’est maintenant et nul part ailleurs que sur SUMMER 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.