SOUNDS TO TAKE AWAY… SUMMER 2017

Impossible d’y couper, aujourd’hui en France et un peu partout dans le monde, la musique est du voyage. Fête de la musique et solstice d’été obligent, voici donc ci-dessous les 15 titres de la playlist de l’été 2017 qu’il faudra emporter partout avec soi à condition de les avoir téléchargés sur  SUMMER 2017. Ces « Sounds to take away… Summer 17 » vous mèneront sur les rivages éthérés de voix nouvelles pour la plupart, féminines pour beaucoup et bien souvent incontournables pour les saisons à venir.

Vive l'été !

how_new
C’est tout le mal que l’on souhaite à Juliette Armanet qui vient de prouver avec son premier album « Petite Amie » que l’on pouvait encore signer un très joli disque de variété française. Son titre « Amour en solitaire » n’a rien à envier au très américain « Love in real life » de Beth Ditto qui se produit enfin seule pour son retour dans les bacs, laissant sa voix si singulière submerger nos oreilles. De retour, il en est question pour presque toutes les filles de cette playlist qui fait la part belle à la parité, à commencer par Camille qui continue avec son ton décalé à tracer l’une des plus belles carrières de la chanson « made in France ». Il va être très difficile de ne pas dire « Oui » à ce magnifique album composé autour d’une jonglerie de chants et de sons dont elle a seule le secret et encore plus de se défaire de ces petites « Seeds » qu’elle a semées dans nos têtes et qui vont nous nourrir tout l’été. Si le top model Karen Elson, pour son second album baptisé « Double Roses », a choisi de reprendre le même chemin, entre folk et country, qui avait fait le succès de son premier opus, force est de constater que le résultat ne manque, une fois de plus, ni de grâce ni de romantisme avec le très séduisant « Distant shore ». « Roses » est également l’un des titres pioché sur le premier mini-album d’une élégance inouïe de la canadienne Margaux Sauvé de Ghoslty Kisses.

Même ambition et même résultat pour l’autre songwriteuse canadienne de cette playlist qui fait souffler un vent frais plutôt bienvenu en ces temps caniculaires. Feist, qui signe elle-aussi son retour après six ans d’absence, ne renie rien de son style avec notamment le très symptomatique « Get not high, get not low » une de ces ballades dont elle a le secret et qui nous rappelle le légendaire « Gatekeeper ». Il n’y a guère que Kelly Lee Owens, que l’on peut déjà considérer comme la révélation féminine de l’année, pour s’engager sur la voie de l’inconnu avec son « 8 » qui, sur à peine quelques minutes de plus, célèbre la fluidité d’un album qui fera date et clôt cette playlist de la manière la plus onirique possible par de mélodieuses ponctuations vocales.
On ne sait si Vimala aka Adrien Casalis, le jeune parisien touche à tout qui a sorti avec « Sailing Soul » son premier single voguera vers le même succès mais il en est un, Thomas Azier, qui avec « Rouge » et son extrait « Babylon » se voit déjà à juste titre consacré comme la sensation du moment. Un titre qu’il lui faudra partager avec les texans se cachant derrière les filtres d’un premier album éponyme « Cigarettes after Sex » dont les titres ont pourtant déjà été visionnés des millions de fois sur Youtube.Il faut dire que le groupe emmené par Greg Gonzalez a livré avec cet album que n’auraient pas renié David Lynch et The XX, une ode aussi lascive que délicate pas entendue depuis bien longtemps.

Ce chef d’œuvre dont on écoutera ici deux titres, pas moins, ne doit pas nous faire oublier ceux tout aussi prometteurs du groupe anglais Mt Wolf qui avec, là encore,  son premier et lumineux album baptisé « Aetherlight » s’en va voir du côté de Sigur Ros. Les mélodies envoutantes de son guitariste et désormais leader s’harmonisent à la perfection avec la voix toute aussi pure et posée d’Ali John Meredith-Lacey qui sous le pseudo de Novo Amor et un second EP, « Bathing beach », nous donne envie de plonger sans attendre dans l’été. Cela tombe bien, le soleil vient encore de se lever chez The Charlatans dévoilant ces dernières semaines leur treizième album et ce titre d’actualité « Hey sunrise ». Profitons-en, car comme le chante si bien Benjamin Biolay sur cette reprise de Léo Ferré, avec le temps, tout s’en va… Vive l’été ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.