SOUNDS TO TAKE AWAY… SPRING 2017

Ça y est, le signal a été donné et pas uniquement celui de Superpoze, alias Gabriel Legleux (25 printemps à peine mais déjà un talent inouï), qui a sorti le mois dernier un des meilleurs albums de 2017, le solstice a bien eu lieu, les horloges ont avancé d’une heure, nous voilà donc au printemps.

À mon signal, prêt, partez !

how_new
Il est temps de renoncer à l’hiver et de laisser derrière-soi les chagrins à l’instar de ceux de Vanessa Paradis qui signe son retour en compagnie de la nouvelle sensation israélienne Oren Lavie, c’est plutôt le moment de renouer avec l’espoir, comme ceux toujours plus grands de Minor Victories auteurs d’une version orchestrale de leur album éponyme à la délicatesse renversante. Le soleil brille déjà sur la ville et coule entre nos mains comme dans le troisième opus de Pierre Alexandre Busson aka Yuksek plus en forme que jamais, sept ans après son dernier album. On souhaite à Adrien Kasalis alias Vimala auteur d’un premier EP et à son « Sailing Soul » de suivre le même chemin.

Mathieu Hocine dit Kid Francescoli avec « This insatiable love » poursuit, quant à lui, sur sa lancée et nous replonge, printemps et saison des amours obligent, là où il nous avait laissé de son histoire avec Julia Minkin lors de son précédent album, un peu comme Blondino, héroïne d’un précédent « Sound to take away à Oslo » qui nous revient avec un premier album aussi réussi que son précédent EP l’année dernière. Un scénario identique à celui de Kelly Lee Owens qui avec S.O et son titre là encore éponyme fait des débuts fracassants, portée par une voix aussi lumineuse qu’aérienne. Ses rêves d’ailleurs se partagent avec ceux de Blvmenkind accompagné ici de Sam Darton ou ceux du franco-équatorien Nicola Cruz, protégé du grand Nicolas Jaar, qui a décidé de ne plus lâcher son marimba pour rendre son électro tropicale et un brin folklorique diablement entêtante.
Ses beats quasi ancestraux déjà remixés ici par Kultura prouve comme chez Joe Goddard, et chez Danny Tennaglia avant lui, que la musique est bien la réponse, celle qui se prête à accompagner tous nos voyages à commencer par celui que nous promet Octave Noire du parisien Patrick Moriceau vers un Nouveau Monde. L’auteur du premier album « Néon », considéré par la critique comme sidérant de beauté, n’a pas fini de faire parler de lui, c’est sûr ! Les multiples influences de sa musique symphonique nous portent irrésistiblement vers un monde meilleur quasi utopique à l’image de la démarche bouleversante de Marc Romboy, transfuge de la scène électro berlinoise qui nous emmène depuis quelques jours vers un autre voyage, celui de la planète !

De cet album à la beauté classique, on ressort inévitablement conquis et prêt à se laisser embarquer pour d’autres divagations un brin orbitales de Clarian ou un ultime trip de 21 minutes, pas moins, concocté par C-Jay sur le tout dernier Signals de John Digweed. D’un signal à l’autre, place donc à l’éternelle valse des saisons et à ces 15 « Sounds to take away in Spring 2017 » à écouter ou bien à télécharger ici ou sur Spring 2017 en rêvant comme toujours de voyages et d’ailleurs. À mon signal, prêt, partez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.