TRAVEL BRAVO N°9 : AMAN SHANGHAI

Trop tôt encore pour annoncer le lieu au sein d’un « C’est soon, c’est cool… » encore moins pour le consacrer avec un « Back from… » qui devrait s’avérer d’anthologie, mais plus que temps et nécessaire d’en saluer d’ores et déjà le caractère exceptionnel et unique au monde, en tout cas dans celui de l’hôtellerie.

À l'impossible, certains sont tenus !

how_new
Certes, l’histoire a connu un précédent avec le démontage et la reconstruction d’Abou Simbel entre 1960 et 1980, pour ceux qui s’en souviennent encore, mais jamais entreprise privée ne s’était attelée à pareil projet de sauvegarde et de restauration de patrimoine à aussi grande échelle.

Préserver une histoire menacée et redonner un souffle de vie à un village entier comme à son biotope végétal menacée par les eaux, voilà la folle mission que s’est confiée un beau jour de printemps le philanthrope Ma Dadong aidé dans sa tache pharaonique par une armée de botanistes, ingénieurs, architectes, sculpteurs et autres artisans, placés une nouvelle fois (la 4ème) sous la direction de l’australien Kerry Hill pour le compte d’Aman qui signe ici également sa quatrième retraite chinoise et donne au monde, par la même occasion, une leçon magistrale de ce qu’une hôtellerie intelligente et responsable est capable de mener à terme, très loin des élucubrations aussi fantaisistes que démesurées d’autres chaînes.

Ici, ce n’est pas une Chine de pacotille mais la Chine authentique et millénaire qui a été convoquée à proximité immédiate de Shanghai et à suffisamment bonne distance de son urbanité galopante à l’image d’Aman Summer Palace à Beijing, d’Amanfayun à Hanghzou ou d’Amandayan à Lijiang.

Il faudra toutefois attendre encore jusqu’en 2017 pour tout savoir des Villas et Suites colonisant désormais les 40 hectares d’une zone entièrement et patiemment reconstituée à quelques 800 kilomètres (sic) de son implantation originelle, de la cinquantaine de maisons des Dynasties Ming et Qing comme des 10.000 camphriers aux proportions tout aussi irréelles que millénaires qui constituent désormais le cadre pour le moins spectaculaire du futur Aman Shanghai.

À l’impossible, certains sont tenus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.