UNE EXPO, UN RESTO, UN DODO À… PARIS

Réinvention, appropriation et création pourraient être les maîtres mots de cet expo, resto, dodo qui ne manque pas d’excellentes raisons pour se rendre une énième fois à Paris !

Parisienne aventure !


Commençons tout d’abord par l’exposition ou plutôt l’installation signée Sophie Calle et son invitée Serena Carone au Musée de la Chasse et de la Nature. L’artiste française a beau être l’une des plus connues, elle n’en est pas moins l’une des moins bien « vendues » tant son art singulier à avoir avec la performance permanente plus qu’avec l’œuvre tangible. Une fois de plus avec elle, il ne s’agit pas de chercher ici la perfection de l’œuvre au sens artisanal du terme mais bien son essence, à savoir sa capacité à émouvoir, à interroger ou à résonner. Force est de constater qu’après toutes ces années et ses rétrospectives, l’inclassable Sophie Calle ne se dérobe en rien à son art de la fugue et du contrepoint.

En prenant littéralement possession de ce qui est incontestablement l’un des plus petits et des plus beaux musées au Monde, elle démontre l’étendue de son talent de conteuse, d’exploratrice et d’entomologiste de ses propres lubies comme de celles de ses concitoyens. Rarement fond et forme n’auront fait corps avec autant d’intelligence et de truculence à l’image de ce musée où tout muséographe ou conservateur en herbe devrait faire œuvre d’apprentissage. C’est à tel point vrai qu’on en viendrait bien à signer une pétition pour que chaque élément de ce nouveau bestiaire et de cet inventaire à la Prévert trouve ici refuge permanent. Difficile de trouver meilleure accroche à cette ballade parisienne ayant pour cadre le Haut-Marais que ce « Beau doublé Monsieur Le Marquis ! »
En sortant de cette aventureuse exposition, l’on pourrait s’arrêter diner en compagnie de tout ce que Paris compte d’Happy Few au Ristorante National au rez-de-chaussée du nouvellement ouvert Hôtel National des Arts et Métiers mais il est, à quelques mètres de là, un autre repaire de la hype parisienne depuis des décennies qui vient de renaître de la plus belle des manières sous la double impulsion du duo Humbert & Poyet à l’architecture et de Riccardo Giraudi aux manettes. Ravie de si belle initiative, Carmina, l’ancienne propriétaire de ce légendaire Anahi, est revenue pour l’occasion jouer les figures charismatiques et tutélaires et pas moins de trois chefs se sont concertés pour élaborer une carte aussi courte qu’efficace autour de la viande, bien sûr, mais pas que. Des purées d’anthologies ont ainsi fait leur apparition entre impeccables ceviche et inévitables guacamole et tacos maison.

Et si les lieux abritent désormais un bar de poche hautement désirable, on pourra toujours sans retourner finir la soirée au National sur ce rooftop qui a fait les plus belles heures de l’été parisien auprès des initiés avant de succomber à un dodo lui aussi très bien pensé par le jeune architecte Raphaël Navot. L’amateur des courbes a signé avec cet outsider des nuits parisiennes pour le compte de Samy Marciano, déjà propriétaire du Bachaumont, un cocon inédit tout en sensualité qui s’impose, entre belles pierres et débauche végétale, comme le parfait point final de cette aventure parisienne.

BEAU DOUBLÉ MONSIEUR LE MARQUIS !

du 10/10/17 au 11/02/18

Musée de la Chasse et de la Nature

62, rue des Archives

75003 Paris

T : +33 (0)1 53 01 92 40

 

 

ANAHI

49, rue Volta

75003 Paris

T : +33 (0)1 83 81 38 00

 

 

 

 

 

HOTEL NATIONAL DES ARTS & MÉTIERS

DESIGN-BOUTIQUE

OUTSIDER

243, Rue St Martin

75003, Paris

T : + 33 (0) 1 80 97 22 80

M : contact@hnam.paris