BACK FROM… AMANTAKA

En évoquer simplement le souvenir, c’est prendre le risque inévitable de voir les yeux s’embuer, le cœur se serrer et l’esprit repartir vers cet autre pays du sourire. Comme rarement au monde, pareil lieu n’aura autant réussi son intégration dans son milieu, symbolisant à lui seul sa ville d’appartenance comme son pays. 

Amantaka, hôpital de l'âme !

how_new

À son contact Luang Prabang et le Laos tout entier prennent en effet une tout autre couleur ou plutôt deux, les siennes, ce vert amande et ce blanc pur, duo symbolique d’une urbanité et d’une naturalité qui se seraient enfin réconciliées, perméables l’une à l’autre. Parler de ville pour Luang Prabang, paraît pourtant bien étrange. Elle n’est plus village depuis bien longtemps et pourtant il y perdure encore cette atmosphère, ce charme empreint de nostalgie, de grandeur et bien sûr de spiritualité indissociables de son riche et tumultueux passé que peu d’autres villes en Asie peuvent encore lui disputer.

Ce vert amande et ce blanc pur, duo symbolique d’une urbanité et d’une naturalité qui se seraient enfin réconciliées.

Protégée par plus d’une trentaine de temples de confession bouddhiste, traversée par les méandres du Mékong, bordée de collines verdoyantes et d’escarpements ocres alternant grottes antiques et cascades millénaires, peuplée pour le reste d’habitations coloniales rivalisant d’intérêt, Luang mérite sans conteste d’être classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco, mais son ancien hôpital, lui aussi classé, vaudrait à lui seul bien d’autres récompenses.

amantaka-20-palms-mrtripper
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER



AMANTAKA

GRAND HOTEL

& BEYOND

♥♥♥♥

BOOK NOW

amantaka-20-palms-mrtripper
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
amantaka-20-palms-mrtripper
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
amantaka-20-palms-mrtripper
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
amantaka-20-palms-mrtripper
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
Remanié et agrandi pour le compte d’Aman, mêlant habilement architecture coloniale française et héritage traditionnel laotien, ce dernier bastion de l’histoire en est, plus que nul autre temple ou palais en ville, l’âme, le point de repère, l’ultime gouvernail d’une civilisation et d’un temps menacés de disparition. À Amantaka, on n’y enseigne pas tant la paix bouddhiste dont il tire son nom, que le culte du calme. Dans cet hôpital de l’âme que n’aurait pas renié Plotine en son temps, on y distille en effet la douceur de vivre avec un art consommé et on y fait avant tout l’éloge de la lenteur. Rien d’étonnant donc et quel soulagement de ne pas trouver de télévision dans les 24 Suites exceptionnelles qui en composent aujourd’hui le plan harmonieux. Tout juste, y trouverons nous un discret téléphone, un système audio jouant dès l’arrivée comme par miracle quelques mélodies de Khene et astucieusement dissimulé dans les arrangements de bureaux d’acajou qui en ornent les parties à vivre très superlatives.

Dans cet hôpital de l’âme que n’aurait pas renié Plotine en son temps, on y distille la douceur de vivre avec un art consommé

Avec un minimum de 70m2 pour la première catégorie, Aman démontre une fois encore que le vrai luxe est bien l’espace. Mais au diable les métrages, la liste des équipements et autres considérations plus ou moins techniques et bassement matérielles, l’expérience à vivre ici n’est pas de savoir laquelle de ces suites a conservé ses murs et ses vastes proportions d’origine, jusqu’à 5 mètres de hauteur, encore moins de savoir laquelle d’une Khan, d’une Mékong ou d’une Amantaka Suite il faudra choisir. Alors, pour la forme, pour n’en retenir qu’une et pour ne plus avoir à y revenir, laisser à ceux qui ne pourraient s’abstenir du meilleur du meilleur, le soin de réserver l’une des deux Mékong Pool Suites portant le N°8 et enjoindre les autres de s’enquérir séance tenante et sans autre forme de procès des prochains vols disponibles au retour des beaux jours, car il y a des Paradis sur cette terre, même urbains, à l’équilibre fragile qu’il faut savoir saisir avant qu’il ne soit trop tard.

amantaka-interiors-mrtripper
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER

amantaka-corridor-mrtripper
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER

amantaka-interiors-mrtripper
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER

amantaka-bethroom-mrtripper
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER

amantaka-tuk-tuk-mrtripper
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER

amantaka-bedroom-mrtripper
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER

Il n’est pas besoin de verser dans un quelconque mysticisme pour affirmer qu’il se passe là-bas quelque chose qui gravera le cœur et la mémoire à jamais, car derrière ce lieu, cette ville et ce pays, il y a au bout du voyage la rencontre avec l’humain et l’humanité dans son acception la plus pure et la plus désintéressée. Citer pour l’exemple Livio Ranza, le General Manager, préparant au pied levé et régalant ses convives, pour que son chef puisse s’enquérir de la santé de son enfant malade, d’une des recettes de pâtes dont il a seul le secret, citer la douce Pihma, gouvernante hors pair ou prendre l’exemple de la charmante Cassandra Tavares comme parfaite maitresse de maison n’illustreront que le double principe de la maison et de l’humain au cœur. La présence du Prince et artiste Nithankong Somsanith dit Nith, ancien membre rescapé de la famille royale, conseiller culturel et artistique du lieu apportera déjà plus de crédit à l’assertion tout comme celle du vieux sage simple joueur de Khong dans la lueur d’après-midis qui s’étirent à l’heure du thé autour des cakes et citronnades révélant le moment venu accompagné de son mentor son aptitude à bénir chaque hôte de passage sous l’harmonie de ses psalmodies et de ses gestes précis, dans le parfum des encens et des fleurs montés en de spectaculaires enchevêtrements et à la faveur heureuse d’une argenterie royale elle-aussi rescapée.

Il faut, ne serait ce qu’une fois dans sa vie, expérimenter l’humilité de l’attente du millier de moines qui, chaque jour bien avant l’aube, descend de ses collines pour arpenter les ruelles à la recherche de son offrande quotidienne

À l’abri de cette salle ornée des peintures à l’or sur papier réalisées par Nith et que d’autre temps alentours envient encore, la spiritualité parvient à infuser mais jamais autant qu’au dehors, à la fraîcheur des petits matins où, l’épaule gauche ceinte du Krama reçu en cadeau et béni par le Baci de la veille, il faut, ne serait ce qu’une fois dans sa vie, expérimenter l’humilité de l’attente du millier de moines qui, chaque jour bien avant l’aube, descend de ses collines pour arpenter les ruelles à la recherche de son offrande quotidienne. Pour cela, la mise élégante, à même les nattes d’osier, agenouillé sur des coussins blancs ou des tabourets de rotin tressé est peu de secours pour tout savoir de cette cérémonie codifiée du Tak Bak ou disposer de l’agilité de Lhavone, lui même autrefois moine et merveilleux initiateur, à façonner les fameuses boulettes de riz gluant encore chaud et servir, armé de sa seule prière, la procession déboulant à la fois par la gauche et la droite et offrant ses bols d’argent recouverts de tissu bruni. Tout entier affairé à cette tâche, sans contact avec les yeux possible ni souhaitable, les robes aux variations infinies de safran, cannelle et orange n’auront formé alors aux becs des réverbères, à l’image de lucioles dans la nuit, que de fugaces et poétiques apparitions mais le souvenir, lui, est resté à jamais, tout comme le vœu réalisé à l’issue, en versant, satisfait de la tâche accomplie, un petit carafon d’eau au pied d’un des arbres de ce jardin magnifié par la brume du matin, les jeux d’ombres s’y déroulant le jour ou les lumières de papier l’éclairant la nuit.

DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
Impossible de dresser la liste de chaque instant passé sous ses manguiers ou au pied de ses frangipaniers odorants essaimant leurs inflorescences sur les pelouses. N’avoir, aux abords de son bassin de trente mètres aux parfaits reflets ou de ses piscines individuelles, que le souvenir d’une succession de parenthèses enchantées, de moments bénis et hors du temps, d’instants suspendus que l’on voudrait toujours retenir entre les innombrables fenêtres et portes vert pâle s’y ouvrant avec l’assurance de n’avoir jamais à se refermer. Voilà le propre des rêves éveillés qui se vivent ici comme souvent avec Aman : de laisser entrer à jamais le bonheur, de le laisser s’immiscer, s’installer, se rendre indispensable au point de ne plus supporter la médiocrité ou l’arrogance chez d’autres.

Instants suspendus que l’on voudrait toujours retenir entre les innombrables fenêtres et portes vert pâle s’y ouvrant avec l’assurance de n’avoir jamais à se refermer

Avec Amantaka, on réenchante le monde au quotidien, le rendant plus beau sous une apparente simplicité et avec une économie de moyens qui n’en finit pas de surprendre car il n’est pas question ici de modernité stéréotypée ou d’un quelconque duplicata du style asiatique mais de la préservation d’un héritage, du respect infini des traditions et de la culture, de la permanence d’un décor et d’une mise en scène sans fausse note. Le parfum des bois cirés, le dessin des palmes sur les murs, le jeu des jalousies entrouvertes, le rythme des ventilateurs, le ballet des papillons blancs, le doux parfum des huiles essentielles s’échappant des claires-voies du spa, el bruissement des soies qu’on déplie, l’assortiment des vaisselles et objets d’artisanat qu’on voudrait trouver à chaque coin de rue des marchés, l’argenterie comme la verrerie héritées des années 30, les vélos aux couleurs de la maison et immatriculés à même le bois, dotés de paniers recouverts d’osier fermés par des liens comme les tuk-tuk garnis de cuir et de tek, munis également de leurs nasses et de leurs parapluies ne sont que quelques exemples plus ou moins tangibles d’un raffinement sans compromission qui enchante le regard à chaque instant.

L'AMANTAKA DANS TOUTE SA GRANDEUR | photo © Mr. TRIPPER
L’AMANTAKA DANS TOUTE SA GRANDEUR | photo © Mr. TRIPPER

Si ces derniers peuvent conduire jusqu’aux temples et marchés tout proches, au pied des cascades ou à la cime des montagnes environnantes pour des treks à pied ou à dos d’éléphants, à l’embarcadère des jonques naviguant sur le fleuve au coucher du soleil, ils finissent inévitablement par ramener l’impénitent voyageur dans le Saint des Saints, là où, contre toute attente, le rêve d’Indochine se vit encore, à l’instar d’Amansara au Cambodge ou d’Amano’i au Vietnam Au retour, on pourra toujours à défaut d’avoir fait sien l’un de ses magnifiques tirages ornant les cimaises, relire les mots d’un des ouvrages d’Hans Georg Berger offerts au coucher ou la préface du même ouvrant le carnet de papier mâché attendant en chambre le premier jour et relatant l’itinéraire des jours à venir, s’emmitoufler dans le coton des Kramas ressortis ou caresser le bois poli de libellules, elles aussi glissées sous l’oreiller avec l’intention de réveiller à jamais les songes…

Une destination, un hôtel

seulement 24 suites de 70 à 120m2 dont 16 avec piscines privatives | 5 catégories de chambres | privilégier celles avec piscines et plus particulièrement l’une des deux Mékong Suites notamment la N°8

55/3 Kingkitsarath Road, Ban Thongchaleun, Luang PrabangLaos | Aéroport de Luang Prabang, LPQ  | Itinéraire : rome2rio.com 

Obtenir l'itinéraireOuvrir la carte toute seule en mode plein écran
AMANTAKA | GRAND HOTEL | & BEYOND 

chargement de la carte - veuillez patienter...

AMANTAKA | GRAND HOTEL | & BEYOND  19.886538, 102.135791 Read more...[su_button url=\"http://www.aman.com/resorts/amantaka\" background=\"#000000\" color=\"#ffffff\" wide=\"yes\" center=\"yes\" text_shadow=\"0px 0px 0px 0\"]BOOK NOW[/su_button]Amantaka, Kingkitsarath Road, Louang Prabang, Laos (Itinéraires)
Ouvert toute l’année. 

Jan.Fev.Mar.Avr.MaiJui.Juil.AoûtSept.Oct.Nov.Déc.
27°31°33°35°33°32°32°32°32°31°29°27°
Let’s goWhy notNo way

Livio Ranza, General Manager | Cassandra Tavares, Front Office Manager | Nithakhong Somsanith, Conseilleur culturel et artistique

Expérience unique au monde, localisation au coeur de la ville et d’un ensemble classé au Patrimoine Mondial de l’Unesco, spa remarquable, bassin de nage de 30 mètres et piscines individuelles, jardin unique en ville, tuk-tuk et vélos à disposition, boutique condensant le meilleur de l’artisanat local, décoration et architecture coloniales exemplaires, excursions sur mesure, dimension culturelle et artistique importante,…

À partir de 650€TTC/nuit en Suite en basse saison | Wifi inclus | Combiné possible avec le Vietnam (Amanoi) et le Cambodge (Amansara)

Tel :  + (856) 71 860 333 | Mail : amantaka@amanresorts.com | Web : aman.com/resorts/amantaka