BACK FROM… PARILIO

Longtemps Paros s’est enorgueillie de posséder le marbre le plus incomparable du monde, faisant la fierté de ses sculpteurs et sa réputation au-delà des mers. Pourtant, celle qui fut la première ile habitée des Cyclades a dû pourtant patienter jusqu’à l’été passé pour voir s’ouvrir Parilio, le premier hôtel digne d’intérêt qu’elle ait jamais abrité.

Plein soleil !


Un petit miracle que l’on doit à Kalia & Antonis Eliopoulos, hôteliers bien connus de Santorin où après avoir transformé la maison familiale en boutique hôtel ils se sont constitués avec trois propriétés aux charmes distincts un petit empire qui aurait pu leur valoir une arrogance qu’ils n’ont pas. Leur ambition a su rester somme toute modeste et avant tout profondément ancrée dans le respect des lieux qu’ils ont choisi. Si leur précédente ouverture en bordure des plages de sable noir de l’ile volcanique reste un pas de côté aussi courageux que discutable, leur conquête de Paros avec ce Parilio et plus récemment avec la reprise des 24 Villas voisines rebaptisées depuis Acron Villas participe bien de cette même idée : donner à voir l’ile sous un nouveau jour, certes plus luxueux et plus contemporain mais surtout plus chaleureux et respectueux de son environnement. Ne comptez pas sur eux pour faire de leurs lieux un repère de la jet-set en mal de sensations fortes. Ils ne militeront pas plus pour mettre l’ile à la portée du plus grand nombre. Ils veulent préserver cette Grèce qui se mérite et célébrer Paros dans sa diversité et sa complétude avec ses paysages vallonnés, son alternance de plages pour tous les goûts, le charme parfois encombré de ses ports vivants mais dont la beauté pastorale reste intacte à l’abri de ses églises byzantines.

Parilio (…) participe bien de cette même idée : donner à voir l’ile sous un nouveau jour

C’est donc au nord de l’ile, à quelques minutes du petit port de Naoussa mais aussi à courte distance des plages dont la très sauvage et magnifique Legira que s’est invité Parilio, la contraction de Paros et Ilios, le soleil en grec. 33 chambres aux allures de suites et aux proportions généreuses, entre 30 et 40m2, simplement meublées, parfois encore hâtivement décorées par Stamos Hondrodimos, l’architecte attitré du couple, mais heureusement égayées par quelques tapisseries ou coussins de l’amie Laurence Leeneart aka Lrnce. Il n’en fallait pas plus pour affoler l’île et les réseaux sociaux. Car malgré l’absence d’agrément de salles de bains dont le fenêtre ouverte sur la campagne adoucit toutefois l’humeur et surtout d’un point de vue sur mer pour répondre à l’azur et parachever l’idée que l’on se fait des Cyclades, Parilio peut se flatter de posséder néanmoins une photogénie remarquable avec une palette crayeuse ponctuée de l’ocre jaune de parasols postés en vigie sur ses terrasses ou autour de sa belle piscine comme pour endiguer la monotonie toute relative du bleu du ciel et du blanc de la pierre posés en alternance.

Parilio peut se flatter de posséder néanmoins une photogénie remarquable

Dans cette succession de blocs immaculés et étagés exposant sans retenue leurs arrêtes et leurs dénivelés aux inflexions géométriques du soleil, cela n’aura pas été une mince affaire de transformer en quelques mois les 55 chambres qu’ils abritaient en seulement 33 suites. Baptisées Aurora en rez-de-chaussée, Halo en étage ou Uranus quand elles viennent avec un jacuzzi ou bien encore Sun pour l’unique d’entre-elles abritant une piscine privée parfaite en ces temps de distanciation sociale exacerbée, ces suites sont désormais reliées par quelques bassins ponctués d’ajoncs, de terrasses sous velum flottant au vent, d’escaliers abrupts et d’une succession d’arches et de colonnes formant un jeu d’ombres dans lequel s’invitent jarres et amphores comme tout juste excavées. Avec son allée centrale, son bâtiment principal en transept et aux arches toute cisterciennes, ses volées d’escaliers et ses ailes latérales en symétrie inversée, Parilio s’est transformé en un sanctuaire que luminaires italiens en céramique opalescente, mobilier scandinave aux blonds accents ancrent dans la modernité sans en travestir l’essence a l’instar du restaurant Mr E, placé sous la houlette de Alexandros Tsiotinis, qui revisite aussi délicieusement qu’avec beaucoup d’à-propos le meilleur des traditions culinaires grecques, régalant les appétits du petit déjeuner au diner en passant par le déjeuner tout aussi impeccable sous les canisses de la terrasse que sous les voutes de la salle à manger égayées de bananiers géants où les sols en terre cuite contrastent avec les murs chaulés et quelques touches de marbre ramenées à leur simplicité brute.

Parilio s’est transformé en un sanctuaire que luminaires italiens en céramique opalescente, mobilier scandinave aux blonds accents ancrent dans la modernité sans en travestir l’essence

Si Parilio, en complément de son restaurant, dispose en sous-sol, d’un spa aux influences asiatiques assez anecdotique bien qu’aux massages parfaitement exécutés, son autre véritable atout réside dans sa piscine de près de 35 mètres de long aux reflets turquoise. Flanquée de ses deux rochers plus vrais que nature, bordée de lits de repos aux coussins couleur de pierre parfaitement raccords et au serviettes abricotées à l’ombre de pins géants, elle impose aussi joliment que durablement sa silhouette singulière, accentuant encore un peu plus cette idée de temple où il fait bon trouver clame et réconfort.

Parilio a bien mérité son nom et l’ile son hôtel

Les mots gravés sur le linteau du hall d’entrée “Helios, my sun let me shine in the echo of your gold light” résonnent ainsi comme le plus doux des épitaphes ou tout du moins la plus séduisante des promesses. Parilio a bien mérité son nom et l’ile son hôtel. | Images Mr.Tripper

Parilio* |  Member of Design Hotels™
Design-boutique Hotel | The very best

Naousa, Kolimpithres 844 01 | Grèce
T : +30 21 0899 3791 | M : info@pariliohotelparos.com
À partir de 152€TTC/nuit 


* Pour toutes vos réservations et bénéficier d’avantages exclusifs  tels que surclassement, early check-in & late check-out, credits… :  booking@mrtripper.com

parilio-santorin-mrtripper-1
parilio-santorin-mrtripper-2
parilio-santorin-mrtripper-3
parilio-santorin-mrtripper-4
parilio-santorin-mrtripper-5
parilio-santorin-mrtripper-6
parilio-santorin-mrtripper-7
parilio-santorin-mrtripper-8
parilio-santorin-mrtripper-9
parilio-santorin-mrtripper-10
parilio-santorin-mrtripper-11
parilio-santorin-mrtripper-12
parilio-santorin-mrtripper-13
parilio-santorin-mrtripper-14
parilio-santorin-mrtripper-15
parilio-santorin-mrtripper-16
parilio-santorin-mrtripper-17
parilio-santorin-mrtripper-18
parilio-santorin-mrtripper-19
parilio-santorin-mrtripper-20
parilio-santorin-mrtripper-21
parilio-santorin-mrtripper-22
parilio-santorin-mrtripper-24
parilio-santorin-mrtripper-23
parilio-santorin-mrtripper-25
parilio-santorin-mrtripper-26
parilio-santorin-mrtripper-27
parilio-santorin-mrtripper-28
parilio-santorin-mrtripper-29
parilio-santorin-mrtripper-30
parilio-santorin-mrtripper-31
parilio-santorin-mrtripper-32
parilio-santorin-mrtripper-33
parilio-santorin-mrtripper-34
parilio-santorin-mrtripper-35
parilio-santorin-mrtripper-36
parilio-santorin-mrtripper-37
parilio-santorin-mrtripper-38
parilio-santorin-mrtripper-39
parilio-santorin-mrtripper-42
parilio-santorin-mrtripper-43
parilio-santorin-mrtripper-44
parilio-santorin-mrtripper-45
parilio-santorin-mrtripper-46
parilio-santorin-mrtripper-47
parilio-santorin-mrtripper-48
parilio-santorin-mrtripper-49
parilio-santorin-mrtripper-50
parilio-santorin-mrtripper-51