BACK FROM… DOMAINE DES ÉTANGS

Il est grand temps de rallumer les étoiles ! C’est par ces mots empruntés à Apollinaire que la propriétaire de ce Domaine a choisi de l’inaugurer un beau jour de 2015. Le temps des Étangs a depuis fait son œuvre, lentement mais surement avec, au bout d’un chemin qui n’a pas encore trouvé sa fin, déjà une certitude : celle d’avoir donné naissance à une nouvelle étoile dans le ciel, une étoile singulière, encore inconnue et infiniment brillante.

Une nouvelle étoile dans le ciel !

Par beau temps, c’’est au prix d’un trajet mémorable et bucolique effectué en DS Pallas bleu franc, que se gagne ce domaine de quelques 1.000 hectares de bois et de prairies ourlés d’étangs dont il tire son nom et qui fait aujourd’hui la fierté de Massignac, commune rurale blottie à 50km d’Angoulême et 2h30 de Paris par TGV, là où Poitou Charentes et Limousin se rencontrent. Les 800 limousines à la belle robe couleur de froment qui rappelle les pierres séculaires du château et qui en colonisent les herbages ne trompent pas sur la nature des lieux. Nous sommes au cœur de cette France que l’on pense à tort réservée à l’usage des manuels scolaires, celle que l’on envisage de loin et dont on a perdu trace. Il n’est pourtant pas nécessaire de partir très loin pour être dépaysé, rafraichir son regard ou faire l’expérience de la beauté.

Nous sommes au cœur de cette France que l’on pense à tort réservée à l’usage des manuels scolaires, celle que l’on envisage de loin et dont on a perdu trace.

Le Domaine des Etangs tient assurément cette double promesse et bien plus encore entre sa noble demeure et ses verts pâturages. Il n’est d’ailleurs pas besoin de s’enfoncer dans sa forêt aux arbres centenaires et aux frondaisons heureuses pour dénicher quelques unes des surprises animalières dont l’âge adulte et le mode de vie urbain nous ont coupé. Si les renards, biches et autres cervidés se font plus discrets, on y croise sans détour sur ces passages inondables, qu’on emprunte avec la joie des éclaboussures qu’on laisse derrière soi, des lapins prêts à détaler ou des castors qui se faufilent sans vergogne d’un étang à l’autre, des hérons ou encore des grues qui prennent leur envol en laissant eux aussi des ronds dans l’eau tout en prenant soin d’éviter les canards qui ont ici des maisons flottantes à leurs mesures. Les autres bipèdes que nous sommes ne sont pas moins bien lotis car les étangs disposent d’un toit pour chacun, très différent selon son envie.

domaine-etangs-mrtripper-exterior
LES TOURS TUTÉLAIRES DU DOMAINE | photo © Mr. TRIPPER

domaine-etangs-mrtripper-exterior
REFLETS SUR LES ÉTANGS | photo © Mr. TRIPPER

domaine-etangs-mrtripper-design
RAIS DE LUMIÈRES PAR I. STANISLAS | photo © Mr. TRIPPER

DOMAINE DES ÉTANGS

EXPERIENCE

THE VERY BEST

♥♥♥

BOOK NOW

domaine-etangs-mrtripper-exterior
FIN DE JOURNÉE D’ÉTÉ | photo © Mr. TRIPPER
domaine-etangs-mrtripper-exterior
LA SILHOUETTE DU CHATEAU VUE DES ÉTANGS | photo © Mr. TRIPPER
domaine-etangs-mrtripper-dragonfly
LA LIBELLULE SELON VINCENT FOURNIER | photo © Mr. TRIPPER
Château digne d’un conte de fées, métairies perdues au creux de vallons verdoyants et au bord d’étangs changeants, longère conjuguant langages vernaculaire et contemporain, de cette hybridation hôtelière qui n’est pas exempte de difficultés et par conséquent de quelques défauts tient aussi le charme de ces anciennes terres des Chevaliers de Chasteignier de la Roche Posay. Personne n’aurait pu imaginer le tour qu’elles prendraient aujourd’hui, pas même la famille Primat lors de leur rachat dans les années 80 ou dans une première tentative d’hôtellerie éco-consciente un peu plus tard. Il aura fallu l’énergie, les moyens évidemment, mais surtout la vision de Garance, la fille de Didier, pour porter au firmament le rêve autrefois caressé par son père de faire du lieu une sorte de conservatoire des traditions et des métiers régionaux. Bien que relativement détourné et grandement amendé, le projet de départ n’en est pas moins dénué d’atouts, bien au contraire !

Château digne d’un conte de fées, métairies perdues au creux de vallons verdoyants et au bord d’étangs changeants, longère conjuguant langages vernaculaire et contemporain

Dès le hall d’entrée franchi, la surprise est au rendez-vous. Le plafond s’est constellé de diodes en bronze luminescentes, le bestiaire fantastique et photographique de Vincent Fournier a remplacé les traditionnels massacres ornant traditionnellement l’escalier de pierre menant aux appartements privés et ouvrant la voie ici à sept suites toutes différentes comme les astres dont elles s’inspirent. Convoquant tour à tour la poésie, la science, la littérature ou même la bande dessinée, Vénus, Soleil et Jupiter en forment le trio le plus spectaculaire à s’offrir en priorité. Heureusement leurs fenêtres grandes ouvertes sur le parc rappellent qu’il existe un monde bien réel au dehors car la tentation serait grande de se laisser absorber dans leur univers éclairés et investis des œuvres de Dieter Appelt, Thomas Demand, Omer Arbel, Thomas Ruff ou Laurent Grasso avec notamment son installation Soleil double. Si Soleil mériterait ainsi le titre de chambre la plus lumineuse au monde, Venus emporterait de son côté tous les suffrages d’érudits assoiffés de beauté flamboyante. Lune n’est pas en reste d’imaginaire, elle est peut-être la plus onirique de toutes avec ses références à la bande dessinée d’Hergé, dont quelques planches ou une fusée miniature ornent d’ailleurs les cimaises, et son spectaculaire plafond vitré que l’on retrouve dans l’autre tour où Saturne s’accroche au faîte des toits tandis que Mercure et son harmonie de vert veille sur le jardin et que Mars la pourpre invite à l’exploration de ses mappemondes comme à la contemplation des étangs en contrebas. Côté longère les 4 Appartements dédiés aux quatre saisons et à une couleur symbolique, bleu pour l’hiver, rouge pour l’automne, vert pour le printemps, jaune pour l’été ont tout aussi heureusement bénéficié du regard de l’architecte d’intérieur Isabelle Stanislas qui est une des nombreuses fées à s’être penchée autour du berceau.

Elle donne ici la pleine mesure d’un talent que l’on croirait voir tout juste éclore. On voudrait d’ailleurs l’appeler de son prénom, la laisser investir son intimité et ré-enchanter son quotidien comme on voudrait qu’elle le fasse encore ici. Sa tâche est loin d’être terminée et il faut espérer qu’elle le soit un jour, que Garance continue avec elle ce dialogue qu’elles ont commencé à instaurer avec une force et une délicatesse mêlée qui méritent admiration et respect.

domaine-etangs-mrtripper-inteiro
TAPIS DÉVORÉ RÉALISÉ PAR PINTON | photo © Mr. TRIPPER
domaine-etangs-mrtripper-exterior
FIN D’APRÈS-MIDI SUR LES ÉTANGS | photo © Mr. TRIPPER
domaine-etangs-mrtripper-inteiro
LE MOBILIER REHAUSSÉ PAR HERMÈS | photo © Mr. TRIPPER
domaine-etangs-mrtripper-exterior
MÉDITATION FACE AUX ÉTANGS | photo © Mr. TRIPPER
domaine-etangs-mrtripper-exterior
LES CASCATELLES DES ÉTANGS | photo © Mr. TRIPPER
En toutes choses s’affirment aujourd’hui les contrastes de ce Domaine célébrant les noces d’une nature retrouvée et de la vie de château, de ses pierres extérieures imposantes à la délicatesse de ses intérieurs, de l’étendue de ses terres à l’intimité de ses salons, de ses fauteuils de marbre ou de ses canapés d’onyx aux branchages délicats trempés dans l’or ou l’argent, des blocs d’améthystes monumentaux posés comme des sentinelles aux aériennes suspensions de pissenlits signées de Ralph Nauta et Lonneke Gordijn. Partout, on retrouve le même art de la fugue et du contrepoint que symbolisent à la perfection ces ombelles fragiles naturalisées dans des globes anciens comme les libellules virevoltant sous cloche ou sur des tiges de laiton posées sur les tables basses aux trois couleurs de l’or. Le masculin et le féminin s’y entendent de la même heureuse manière, passant d’un registre à l’autre selon les lieux. Et s’il existe un salon famille condensant le meilleur des deux mondes, il y a aussi celui dédié à l’homme comme celui réservé à la femme, inévitablement la délicatesse du rose et du bleu sert de base au second et le bronze au premier, là où les créations d’Isabelle Stanislas s’expriment peut être encore avec le plus d’acuité.

En toutes choses s’affirment aujourd’hui les contrastes de ce Domaine célébrant les noces d’une nature retrouvée et de la vie de château

Mais ce ne sont pas tant les propres créations d’Isabelle qui fascinent que l’art consommé avec lequel elle aura réussi ce tour de force de moderniser chaque élément d’époque ou souvenir de famille, tantôt sertis dans des cadres précieux ou de bois blanc à l’instar de foulards hermès, de camés anciens, d’épingles à cheveux ou de simples cartes à jouer. Tout compose une harmonie rafraichissante et subtile, une ballade à travers les âges, les couleurs et les saisons. L’ensemble se visite avec la curiosité d’un entomologiste ou d’un ornemaniste. Il y a du Huysmans et du mythe d’À Rebours derrière chaque invention, la tortue de Des Esseintes n’aurait pas dépareillé sur les tapis de soie dévorée et rebrodée de fils d’or ou d’argent réalisés par Pinton d’après les dessins de Ulrika Liljedahl. Rappelant les astres ou les tourments de la nature, baptisés Cosmos, Éclair, Lueur, ou Après la pluie on les croirait sortis tout droit de l’imagination de Peau d’Âne qui ne venait jamais à bout des caprices qu’elle imposait à son père. L’apparition de Delphine Seyrig en bonne marraine ne paraitrait pas plus anachronique que ce portrait de famille au nez rouge signé du trublion Hans-Peter Feldmann et posé au milieu du Grand Salon. Oui posé car les cadres se posent ici à même le sol ou s’accrochent par multiples, selon les nouvelles règles du décalé au propre comme au figuré, le mobilier ancien se pare de cachemire ou de motifs géométriques signés Hermès, la salle à manger préfère s’appeler salle à diner ou Salon Monade.

domaine-etangs-mrtripper-exterior
DE PARTOUT LA VUE SUR LE DOMAINE | photo © Mr. TRIPPER
domaine-etangs-mrtripper-detiails
LA LIBELLULE FIL ROUGE DU DOMAINE | photo © Mr. TRIPPER
domaine-etangs-mrtripper-exterior
LE BELVÉDÈRE À L’ENTRÉE DU DOMAINE | photo © Mr. TRIPPER
domaine-etangs-mrtripper-exterior
AU MILIEU COULE UNE RIVIÈRE | photo © Mr. TRIPPER
domaine-etangs-mrtripper-inteiro
UN PONT ENTRE DEUX MONDES | photo © Mr. TRIPPER
Toujours dressée et ouverte comme si les elfes du jardin pouvaient en être les convives réguliers, la table immense y exhale cet art de recevoir qui a fait la réputation de Limoges tout proche et que l’on retrouve au restaurant de Fabien Beaufour logée dans la Longère ou en terrasse aux beaux jours. Aussi discret que son art est précis, il ne manque pas grand chose à cet ancien d’Anne-Sophie Pic, de The French Laundry ou d’Eleven Madison Park pour accrocher 2 étoiles ou plus à son tablier. L’abandon justement des tabliers et costumes de jeans de son jeune personnel ou le ré-enchantement des lieux par Isabelle, consacreraient peut-être définitivement l’endroit. Laissons le temps aux 150 variétés de légumes et plantes encore timides au potager de grandir un peu, d’ici là les libellules de bronze et serties de raphia qui ornent les serviettes donnent déjà le ton d’une cuisine délicieusement équilibrée entre simplicité et grandeur et font de la réunion de ces deux principes complémentaires tout un symbole qui a pour nom Dyades.

Les libellules de bronze et serties de raphia qui ornent ses serviettes donnent le ton d’une cuisine délicieusement équilibrée entre simplicité et grandeur.

Camile Muller est un autre artisan non négligeable de ce paradigme unique si cher à Garance Primat, une âme libre comme les plantes qu’il essaime au gré de ses envies à même les gravillons, traçant des chemins inattendus, jouant des perspectives, s’affranchissant des règles, parsemant framboises, fraises, groseilles et autres baies rares que l’on cueille au détour de ballades gourmandes et odorantes improvisées. Grâce lui soit rendu, sa nature impressionniste et si savamment apprivoisée s’envisage par toutes les fenêtres du château avec la même joie. Même confortablement lové au fond des alcôves tendues de velours bleu nuit d’une bibliothèque qui avec ses globes stellaires mimant la voute céleste invite inévitablement à la paresse, l’appel du dehors semble tout aussi irrépressible. Garance Primat n’aura pourtant pas ménagé sa peine pour retenir ses hôtes, choisissant, sans doute avec l’aide d’Antoine Ricardou de l’agence Be-Pôles et signataire de l’image du Domaine, chaque livre propice à accompagner la rêverie de chacun, songe qu’elle a souhaité différent dans chaque lieu où ils s’exposent. On s’amuse ainsi de découvrir ce qui a été réservé pour soi au delà de l’harmonie de couleur avec la pièce, de la correspondance avec l’œuvre au mur ou de la thématique retenue. On rêve certes mais on apprend aussi et tout cela a le sens de l’infini et de l’inattendu. Chaque instant passé au Château se teinte de poésie ou de surprise que l’on voudrait toujours plus grande. De même qu’on s’attendrait y croiser quelques caméristes se faufilant entre les portes avec la discrétion requise à l’image d’une certaine Madame Irma, on ne s’étonnerait pas plus de l’apparition de La Castafiore au détour d’un des bosquets de ce Moulinsart revisité.

domaine-etangs-mrtripper-interior
LES HABITANTS DES ÉTANGS | photo © Mr. TRIPPER
domaine-etangs-mrtripper-garden
LE CALME DES MÉTAIERIES AU BORD DE L’EAU| photo © Mr. TRIPPER
domaine-etangs-mrtripper-garden
VISION BUCOLIQUE DES BARQUES ET DU MOULIN | photo © Mr. TRIPPER
domaine-etangs-mrtripper-garden
UNE BARQUE TOUJOURS PRÊTE | photo © Mr. TRIPPER
Derrière cette image fantaisiste, se cache néanmoins le voeu sincère et nécessaire de pouvoir remercier Garance Primat en personne d’avoir permis aux souvenirs de l’enfance, de disparaître pour mieux ressurgir un jour, encore plus vifs et plus ardents. La savoir là ou tout du moins par l’entremise d’une présence féminine agissant en sa qualité de maitresse de maison, faisant les honneurs de la demeure, contant par le menu le choix des artistes et des œuvres réalisées par Michael Anastassiades, Hiroshi Sugimoto, Thomas Struth, Cyprien Chabert – auteur des fresques du nouveau spa tout juste dévoilé dans l’ancien moulin – ou Laurent Grasso à qui elle vient tout juste de confier la réalisation d’un pavillon de méditation en surplomb des étangs, n’aurait rien de superflu. Tout comme de savoir d’où vient sa profonde inclination pour l’enfance. Car assurément cette dernière est ici centre des préoccupations. Jamais « Kindergarten » n’est apparu plus à son aise dans son cocon végétal ou salle de jeux plus vaste au point d’occuper jusqu’à l’intégralité des combles du château. Les malles qui y sont empilées et dans lesquelles dénicher jeux et costumes font mouche, au point de faire oublier l’empilement certes très ordonné des mobiliers des étages inférieurs aujourd’hui en déshérence.

Remercier Garance Primat en personne d’avoir permis aux souvenirs de l’enfance, de disparaître pour mieux ressurgir un jour, encore plus vifs et plus ardents.

Tout n’a pas encore été revêtu du sceau de la perfection, loin s’en faut ! Mais même si l’on aurait aimé plus de mesure sur les tarifs ou un accès facilité aux commodités du château pour les occupants de la Longère ou des métairies, plus de maturité de la part d’un service encore dans sa fraicheur, il y a bien une qualité impossible à nier à ce Domaine et qui n’a pas de prix, c’est, à travers l’éloge de la vie de château et l’exaltation de la nature, ce pouvoir d’émerveillement et de reconnexion dans un moment appelé à rester gravé dans la mémoire comme dans le cœur.

Nombre d’éléments extérieurs viennent ainsi en renfort, battre la mesure de ce temps de l’observation que l’on pensait avoir oublié à jamais avant de venir sur ces terres, notamment les cloches des villages avoisinants sonnant les heures canoniales des mâtines aux compiles, les corbeaux le lever de la brume sur les étangs, les coucous le déclin du soleil ou les aigles et les buses en marquant le zénith de leurs vols concentriques. Les ballades en barque, à bicyclette ou en voiture électrique venant avec chaque chambre, les pique-niques préparés par la cuisine et empaquetés dans des malles idoines ont-ils jamais été aussi gourmands et joyeux qu’au son de ces cascatelles ou au bord de ces étangs dessinant des accroche-cœurs sur les champs ? Entouré des épis de blés bientôt moissonnés, la tête renversée vers le ciel, on se souvient alors avec émotion de ce temps où les coquelicots se laissaient transformer par des doigts agiles en jolies demoiselles, où les boutons d’or faisaient du jaune aux mentons et où les pâquerettes s’effeuillaient avec toute l’indolence de l’enfance. On aimerait encore fermer les yeux et se dire que tout cela nous appartient !

L’expérience de la nature et de la vie de château réconciliés

A Small Luxury Hotels of The World (SLH) | 29 chambres et suites7  suites au château de 38m2 à 147m2, 4 appartements en longère de 63m2 à 85m2, 6 métairies de 1 à 5 chambres 11 catégories de chambres | de préférence l’une des suites du Château

Domaine des Étangs, 16310 Massignac, France | Gare d’Angoulème | Itinéraire : rome2rio.com

Obtenir l'itinéraireOuvrir la carte toute seule en mode plein écran
DOMAINE DES ÉTANGS | EXPERIENCE | THE VERY BEST 

chargement de la carte - veuillez patienter...

DOMAINE DES ÉTANGS | EXPERIENCE | THE VERY BEST  45.775223, 0.643461 [su_button url=\"http://www.domainedesetangs.com/\" background=\"#000000\" color=\"#ffffff\" wide=\"yes\" center=\"yes\"]BOOK NOW[/su_button]Domaine des Etangs, Massignac, France (Itinéraires)

Fermeture annuelle de fin décembre à fin février

Jan. Fev. Mar. Avr. Mai Jui. Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc.
10° 13° 17° 21° 25° 26° 26° 22° 18° 11°
Let’s goWhy notNo way

Garance Primat, propriétaire | Camille Muller, jardinier | Fabien Beaufour, chef de cuisine | Isabelle Stanislas, architecte | Be-Pôles, identité visuelle | Yann Kersalé, mise en lumière

Parc de 1.000ha, chateau du XIème siècle, métairies, piscines intérieure et extérieure chauffées, tennis sur l’eau, table étoilée, vélos et véhicules électriques à disposition, transferts gare en DS vintage, Spa au Moulin, collection d’art contemporain…

À partir de 550€/TTC/nuit en Longère et jusqu’à 2.400€ en Suite Vénus | de 650€ à 3.000€/nuit en Haute Saison | wifi et petit déjeuner inclus

Tel : + 33 5 45 61 85 00  | Email : reservations@domainedesetangs.com | Web : domainedesetangs.com