BACK FROM… LA GRANJA

mois, c’est le temps imparti à Claus Sendlinger pour faire de cette propriété privée et séculaire le cadre de sa nouvelle aventure. Il en aura fallu à peine plus du double à Andy Szymanowicz, le jardinier rencontré sur les plages du Mexique pour quitter son exploitation de l’Hudson Valley, prendre ici ses quartiers d’hiver et veiller à la création d’un incroyable jardin bio à même de servir de pierre angulaire à ce double projet encore confidentiel et découvert en exclusivité en début de ce mois.

Retour à la terre !

Après Papaya Playa à Tulum, l’éphémère Santa Teresa de Rio, le désormais pérenne San Giorgio et son incontournable plage-agora de Scorpios, en attendant le futur Hôtel Aura toujours à Tulum ou le colossal site de Marina Marina sur la Spree à Berlin, siège du groupe, c’est donc avec cet énième Design Project™ que le génial fondateur et CEO de Design Hotels™, évidemment convaincu du bien fondé de la préservation des écosystèmes, a choisi de donner naissance à Friends of a Farmer™, une communauté de lieux et de personnes tout aussi concernées que lui par les enjeux de demain. Depuis le début de ce mois et pour le moment jusqu’au 15 novembre de cette année, chacun peut donc, de facto, en y séjournant ou moyennant une contribution annuelle de 200€ venir célébrer en mode diurne ce concept holistique ouvert à toutes les cultures pour ne pas dire contre-cultures, celle de la terre bien sûr mais aussi celle de l’esprit sans parler de celle du corps.

la-granja-mrtripper-details
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER

la-granja-mrtripper-details
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER

la-granja-mrtripper-details
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER

la-granja-mrtripper-details
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER


LA GRANJA IBIZA

EXPERIENCE

THE VERY BEST

♥♥♥

BOOK NOW

la-granja-mrtripper-details
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
la-granja-mrtripper-details
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
la-granja-mrtripper-details
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
la-granja-mrtripper-details
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
Difficile de résumer et de prévoir encore ce qui va réellement se passer dans cette Granja qui tient plus d’une fantaisie picaresque que du corps de ferme mais ce dont on peut être sûr, c’est que le futur d’Ibiza comme celui de l’hôtellerie, n’ayons pas peur des mots, se joue ici. Peu importe qui viendra habiter, débattre, enseigner, cultiver, échanger ou se produire l’espace d’un set électro, le temps d’une session de yoga ou de “healing”, pour un jour ou pour une nuit, les 10 chambres comme la Guesthouse qui ont été hâtivement aménagées ici n’ont pourtant pas fini de faire parler d’elles, et pas seulement pour leurs tarifs pour le moins élevés. Il est aussi amusant qu’heureux de se dire que sous leurs dehors austères et leur ambiance quasi monacale tenant d’un mélange boho-chic et wabi-sabi, que l’on croirait plus incongru pour la destination, s’affirment les nouveaux préceptes d’une hôtellerie en pleine redéfinition.

Difficile de résumer et de prévoir encore ce qui va réellement se passer dans cette Granja qui tient plus d’une fantaisie picaresque que du corps de ferme mais ce dont on peut être sûr, c’est que le futur d’Ibiza comme celui de l’hôtellerie se joue ici

Débarrassées du superflu ayant encore cours ailleurs mais dotées de ce qui s’impose comme de nouveaux standards, avec des surfaces très inégales mais à des niveaux de confort et d’équipements équivalents, ces chambres donnent aux Millenials comme à tous les autres de quoi s’agacer ou se réjouir. Selon les cas, certains chercheront en vain une lumière plus vive, un véritable dressing et non des cintres habilement tournés en fer forgé et suspendus à un stoyak du même acabit, d’autres s’interrogeront sur l’esprit marocain de salles de bains qu’on aurait aimé pour le coup modernisées (plus tard peut-être), d’aucuns chercheront quoi faire des balais et autres objets vernaculaires rappelant l’origine et l’esprit des lieux quand d’autres se jetteront sans réserve et avec volupté dans les draps de lin lavés ou les cotonnades tissées mains couvrants lits à dormir ou à paresser se multipliant dans les suites, certains s’agaceront de ne pas disposer de coffre fort ou de fer à repasser mais aimeront profiter du véritable bar en laiton doré et monté sur roulettes débordant littéralement de mezcal, vodka et autre gin labélisés bio comme les jus et autres softs Monaco empilés dans des caisses de bois, d’autres manqueront peut-être de tomber d’un banc de vois vermoulu, d’étouffer sous les plafonds d’olivier huilé ou face aux panneaux de bois brulés mais sauront se réfugier sur les terrasses blanchies à la chaux et par le soleil, alanguis sur des mobiliers de rotins inspirés par l’Asie mais ce qui est sûr, c’est que tous ceux qui, appâtés par le mot design, s’attendront à trouver ici inox brillant, cuir blanc et plastiques de couleurs, bouddhas factices et autres gadgets régressifs en vogue sur l’île en seront pour leurs frais !

la-granja-mrtripper-details
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
la-granja-mrtripper-details
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
la-granja-mrtripper-details
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
La Granja Ibiza, malgré son mobilier chiné sur les routes alpines de Suisse, d’Allemagne ou d’Autriche par un antiquaire aussi fou qu’inspiré, exhale bien cet esprit vernaculaire et tout autant universel d’un retour à l’essentiel, où la simplicité de la mise s’impose avec élégance. Qu’est donc celle qui s’est appelée Ebussa, Eivissa, Ibiza ou Yâbisa si ce n’est justement la résultante de toutes les cultures – phénicienne, andalouse catalane ou hippie – qui sont venues en forger la nature au fil des siècles ?

Il n’y a ici aucune autre vérité que celle de la terre

Il n’y a ici aucune autre vérité que celle de la terre, une terre qui court sur quelques 10 hectares d’une colline dominant au loin la baie de San Antoni de Portmany et les champs alentours de San Mateu. Le quidam n’en connaitra peut-être jamais l’existence, son accès ne sera sans doute pas plus fléché, les taxis continueront de se perdre sur son chemin et tant mieux car le petit miracle qui se joue ici doit se roder encore à l’abri des esprits chagrins et des critiques hâtives avant de pouvoir faire école un jour et balayer enfin tout ce que la mondialisation continue de déverser à quelques kilomètres de là.

la-granja-mrtripper-details
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
la-granja-mrtripper-details
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
Si Ibiza est à l’image du monde, fragilisée et divisée, protégée au Nord et menacée au Sud, ce bastion là tente de réconcilier l’inconciliable, de prouver que particularisme et universalisme peuvent s’entendre, que sens de la fête et recherche du bien être participent d’un même élan, que respect de la terre et des saisons n’impose pas la déraison mais favorise les combinaisons, plus prosaïquement que l’on peut porter à l’image des Guest Experience Managers comme Naiara des boots fourrées en été et des mini-jupes, que l’on peut à l’instar de Pancho grimper sur son bar installé dans le caroubier géant et deviser assis sur un tabouret de vacher des origines du mezcal comme du sens de la vie, être américain comme Andy et le meilleur fermier bio du monde, déambuler pieds nus comme Claus et présider aux destinées d’un label hôtelier universellement reconnu, adopter et baptiser un âne Coco comme Chanel, faire d’une fleur un bouquet, d’une maison un hôtel et d’un château une ferme.

Si Ibiza est à l’image du monde, fragilisée et divisée, protégée au Nord et menacée au Sud, ce bastion là tente de réconcilier l’inconciliable.

Peut-être pour comprendre tout cela et tout le reste, faut-il venir tout simplement ici, laisser Lucia en bonne maîtresse de maison confondre les prénoms avant d’embrasser chacun comme s’il était de la famille, suivre les apprentis cuisiniers venus des 4 coins du monde arpenter les allées du potager munis de leurs paniers d’osier tressé avec l’assurance de trouver parmi la trentaine de variétés de fruits et légumes de quoi nourrir l’inspiration du chef José Catrimán, affirmer sans trop s’avancer que se déguste ici la meilleure cuisine de l’île, en pardonner le prix comme l’abondance à l’heure où la quasi totalité des restaurants de l’île s’applique encore à servir en ouverture de repas un sempiternel aïoli blanchâtre épongé de pain blanc insipide au contraire d’ici où les légumes délicatement confits et parsemés de lavande papillon arrosés d’huile d’olive et accompagnés de ciabatta maison, elle aussi, continuent des jours plus tard à hanter la mémoire comme le gaspacho d’anthologie aux parfums subtils retrouvés dans des salades de jeunes fleurs et de légumes coupés à cru servis en accompagnement de la pêche du jour ou dans des desserts improvisés avec les fruits du verger et des aromatiques qui ont ici la saveur de l’exceptionnel.

Dans cette Slow food incroyablement fraiche, savoureuse et authentique, à l’instar de l’expérience globale de la Granja dont elle est indissociable, se niche l’évidence d’un propos qui se joue du temps et procure de la joie au-delà de la raison. On aimerait que partout ailleurs on amorce ce retour à là terre et au plaisir ! En attendant on peut déjà tous devenir ami avec Andy en s’inscrivant ici.

Maison-ferme-hôtel-club dédiée à la Slow Life | Membre de Friends of a Farmer 

Un Design Hotel Project™10 chambres et suitesGuesthouse indépendante 2 chambres | 4 catégories de 16m2 à  75m2 | de préférence l’une des suites avec terrasse

Carretera Forada a Sant Mateu KM 1, San Antonio de Portmany, Ibiza | Aéroport d’Ibiza, IBZ | Itinéraire : rome2rio.com

Obtenir l'itinéraireOuvrir la carte toute seule en mode plein écran
LA GRANJA | EXPERIENCE | THE VERY BEST

chargement de la carte - veuillez patienter...

LA GRANJA | EXPERIENCE | THE VERY BEST 39.001962, 1.372864 [su_button url=\"http://www.lagranjaibiza.com/\" background=\"#000000\" color=\"#ffffff\" wide=\"yes\" center=\"yes\"]BOOK NOW[/su_button]La Granja Ibiza, Sant Antoni de Portmany, Espagne (Itinéraires)

Ouvert (pour l’instant) en saison jusqu’au 15/11/16.

Jan. Fev. Mar. Avr. Mai Jui. Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc.
16° 15° 18° 20° 22° 26° 30° 30° 29° 27° 20° 17°
Let’s goWhy notNo way

Claus Sendlinger, créateur | Armin Fisher (Dremeta Design), décorateur | José Catrimán, chef | Andy Szymanowicz, fermier | Alex Villena, General Manager | enfants acceptés à partir de 12 ans

Esprit club, localisation exclusive, environnement protégé, potager et verger 100% bio, arbre-bar à mezcal, DJ sets électro, séances collectives et holistiques dédiées au bien-être, produits d’accueil signés du Labo, Slow Food exceptionnelle…

À partir de 350€ en Intimate Room (550€ en haute saison) | Guesthouse 2 chambres à partir de 950€ (1.150€ en haute saison)| wifi et petit déjeuner inclus | déjeuner (60€) et diner (80€) | lieu ouvert à l’extérieur durant la journée moyennant une cotisation annuelle de 200€

Tel : +34 615 406 588 | Email : info@lagranjaibiza.com | Web : lagranjaibiza.com

[/su_column][/su_row]