MR. TRIPPER RÊVE DE… 2020

En janvier, quand sous nos latitudes, le thermomètre frôle avec le zéro degré Celsius, il y a toujours un endroit sur le globe où il approche plutôt le 30. Il en va ainsi dans cette Afrique des Grands Lacs et plus particulièrement au pays des 100 collines fier d’avoir pu panser ses plaies et de pouvoir aujourd’hui offrir au Monde une leçon d’écologie et de conservation hors du commun. En réservant à une poignée d’entre nous la rencontre aussi fascinante qu’inoubliable avec nos ancêtres les primates, le Rwanda mérite amplement d’ouvrir le bal des destinations de 2020. D’autant qu‘entre les Only & Only Gorillas Nest et Nyungwe House, le Bisate Lodge ou le plus que parfait Singita Kwintonda ce ne sont pas les lodges aussi exclusifs que les points de vue différents sur le pays et ces populations hautement protégées des gorilles aux chimpanzés en passant par les singes dorés ou les Colobus qui manquent.

20/20 !

Pour autant, il ne s’agit pas de renier notre hiver en France et les joies de la glisse. Tout juste préfèrera-t-on février pour cela en slalomant entre les vacances scolaires, pour ceux qui peuvent, histoire de décrocher au-delà des médailles quelques offres intéressantes comme le « ski-pass » de l’iconique Aman Mélezin ou l’offre immanquable « 3=2 » du nouveau trublion voisin et déjà iconique Coucou de Méribel pour n’en citer que deux au cœur du plus grand Domaine Skiable au Monde à moins de préférer s’en aller renouer avec l’hospitalité mégevanne qui du Chalet Zannier au Four Seasons donne à Megève un charme incomparable.

Parce qu’évidemment en mars, on rêvera déjà d’autres soleils plus lointains et plus intenses qui nous porteraient instinctivement sur cette côté Ouest des Etats-Unis qui n’en finit plus de se réinventer nous faisant oublier qu’au Sud Est sur une ligne courant du Texas à la Louisiane, le changement c’est aussi maintenant. Si Austin notamment avec son tout dernier Proper, parmi tant d’autres ouvertures, place la barre très haut, coefficient désirabilité La Nouvelle Orléans n’est pas en reste que cela soit Mardi-Gras ou pas. Avec l’extra-ordinaire Maison de la Luz imaginée par le prolixe Atelier Ace qui avait déjà ouvert le génial Ace New Orleans, avant d’être rejoint par The Drifter ou le Peter & Paul, chacun trouvera ici de quoi se replonger dans les délices de cet ancien bout de France perdu entre bayous et champs de coton tout en se frottant aux rythmes du jazz et d’une modernité retrouvée.

Une toute autre musique, mais peut-être pas si éloignée que cela dans sa capacité à réunir tradition et modernité attend le voyageur patenté qui aura su faire fructifier son bas de laine et patienter jusque-là pour admirer ce qu’il convient de considérer peut-être comme l’un des plus fascinants spectacles qui soient. En avril, se tient en effet dans tout le Japon et tout particulièrement dans l’épicentre Kyotoite la fête naturelle la plus poétique et la plus éphémère au monde, l’hanami. Bien habile celui qui saura choisir son lieu de villégiature pour contempler la chute lente et silencieuse des fleurs de Sakura. Peut-être qu’aux tous récents et sublimes Aman et Park Hyatt Kyoto, il faudra préférer les pas encore ouverts The Shinmonzen, petite sœur de Villa La Coste signée Tadao Ando, ou Ace Hotel Kyoto, imaginé par Kengo Kuma, l’un comme l’autre s’apprêtant chacun à sa manière, par cette confrontation stylistique et architecturale à faire une entrée des plus remarquées ?

En mai, on se posera moins de questions en choisissant d’emblée les rivages encore vierges en cette saison de la Grèce, refusant d’attendre les ouvertures plus tardives de nouveaux projets pourtant encore fort séduisants du côté de Mykonos. On manquera peut-être après de The Wild by Interni l’année passée l’ouverture du pourtant très attendu Kalesma en juin mais pour rien au monde on refuserait les tarifs bien plus doux que le meltem qui viendront saluer la réouverture sous pavillon Soho House de l’iconique plage de Scorpios et de son hôtel voisin San Giorgio désormais baptisé Soho Roc House.

Il n’y aura assurément pas de meilleur spot pour prendre un peu d’avance sur l‘été en mode boho-chic avant de gagner en juin les Baléares. A défaut de Palma, où de nouveaux venus vont encore ouvrir leurs portes à un rythme effréné, on optera pour Minorque, révélation ou plutôt confirmation de l’année passée. On savait déjà que la plus discrète des Iles Baléares avait tout pour elle. Avec l’ouverture sur place de l’Experimental Menorca, de la sublime villa Es Bec d’Aguila et des fascinants Domaines de Fontenille, Torre Vella et Santa Ponsa, la destination est désormais lancée et espérons-le pas encore perdue.

Raison de plus pour délaisser si possible la Méditerranée trop encombrée pour les plaines sauvages de la Namibie. Les vastes étendues de sable en dégradé d’ocre se jetant dans la mer à pratiquer en mode road-trip ou avion taxi d’un lodge de luxe à l’autre n’auront jamais été aussi demandées que depuis les ouvertures des impressionnants And Beyond Sossusvlei desert lodge, Omaanda et Sonop de Zannier pour ne retenir que les meilleurs.

Dans le même fil, tout en restant plus proche, on optera peut-être en Août certes pour l’Italie mais pour celle que les Grecs appelaient dans l’Antiquité le bout du monde et que quelques « beautiful people » ont depuis choisi comme ultime refuge. Célébrée pour ses câpres et son « passito », l’unique et volcanique Pantelleria se laisse désormais approcher depuis que le discret et élégant Sikelia y a déployé ses ailes.

Il suffit parfois d’un seul opérateur pour qu’une destination tout entière reprenne des couleurs et de l’intérêt. Avec Wildland, c’est comme si toute l’Ecosse qui était revenue sur le devant de la scène. Grâce à la divine Killiehuntly Farmhouse tout d’abord puis à Kinloch, Glenfeshie, Strathmore et enfin tout récemment Lundies, on n’aura jamais autant rêvé d’un temps de rentrée et de septembre, des premières gouttes de pluie sur la lande iodée, des brumes se déchirant sur des paysages aussi magnétiques que tourmentés.

Évidemment avec NYC, difficile de parler de pareil rêve bien que la magie opère toujours au point de vouloir y revenir chaque année et cette année peut-être bien encore plus que les autres. En effet, Octobre devrait voir le seul véritable grand hôtel au luxe contemporain en ville, le Baccarat, gentiment secoué par l’arrivée de deux opérateurs de renom, d’un côté Six Senses, plus bas sur la High Line, lui aussi mis en scène par le duo Gilles et Boissier et de l’autre Aman, à quelques mètres de là sous la houlette du très-trop demandé Jean-Michel Gathy. Avec 83 chambres et suites d’au moins 70m2 toutes équipées de cheminées, un lobby de 10 mètres de haut, un spa de 2000m2 agrémenté d’une piscine de 25 mètres, gageons que ce cocon urbain réussisse à faire parler de lui et à être pris d’assaut dès la date exacte de son ouverture connue.

Espérons que cela se fasse avant novembre car nous aurons déjà envie de fuir les prémices de l’hiver pour se réchauffer pourquoi pas sur la Route du Sud marocain conduisant des collines Agadir à la vallée de Skoura en passant par les premières dunes du désert ou les embruns vivifiants de l’Atlantique, un voyage itinérant et initiatique cousu de surprises sur mesure par un Thierry Teyssier au meilleur de son art. Si la tentation serait grande de ne pas rentrer et de s’en aller prolonger encore la route jusqu’à Marrakech où attendent tant de merveilles de Berber Lodge à Riad Mena en passant par Amanjena, il est un pays en Asie qu’il faudra ne pas tarder d’aller visiter et qui en décembre se révèle sous un jour aussi inoubliable qu’idéal.

Aux portes de l’Himalaya ce confetti de monarchie prodigieusement aussi doué pour distiller le bonheur que reconnecter chacun avec le véritable sens de la vie se voudra plus que jamais incontournable, qu’Habitas y ait implanté une de ses antennes, que Six Senses y ait enfin ouvert son cinquième et dernier lodge, Amankora continuera de régner sur cette alternance de vallées et de montagnes de haute altitude au climat fascinant. À défaut d’être celui d’une vie, le Bhoutan pourrait bien être le voyage de 2020 !  

*Pour toutes vos réservations d’hôtels et bénéficier selon les cas d’avantages tels que surclassement, early check-in, late check-out, petit déjeuner offert, etc : booking@mrtripper.com

bisate-lodge-rwanda-mrtripper
En janvier, pour un tête à tête avec les derniers primates de la planète, ici le Parc National des Volcans vu de Bisate Lodge | image © Wilderness
coucou-meribel-mrtripper
En février, au balcon du tout nouveau Coucou de Méribel qui bouleverse les codes de la montagne et du plus grand domaine skiable au monde | image © Maison Pariente
peter-paul-new-orleans-mrtripper
En mars, pour un concert dans l'ancienne église Peter & Paul de la Nouvelle Orléans transformée en un hôtel aussi singulier que la Maison de la Luz voisine | image © Peter & Paul
aman-kyoto-mrtripper
Kyoto en avril à l'heure des cerisiers en fleurs. Ici au coeur du jardin de mousse et des onsen d'Aman Kyoto | image © Aman
soho-roc-house-mrtripper
Mykonos en mai, avant l'arrivée de la foule et à temps pour saluer la réouverture du San Giorgio désormais sous pavillon Soho House et rebaptisé Roc House | image © Soho House
fontenille-minorque-mrtripper
Minorque en juin, le meilleur moment pour profiter des Baléares et de son côté sauvage, célébré ici à Torre Vella, l'un des deux Domaines de Fontenille Menorca | image © Mr. Tripper
sonop-namibie-mrtripper
Namibie en juillet, au meilleur de sa saison contemplée ici depuis la terrasse du lodge Sonop, dernier né des Hotels Zannier | image © Zannier Hotels
sikelia-pantelleria-mrtripper
Sicile en août, mais pas n'importe où, dans la très secrète Pantelleria au non moins exclusif Sikelia resort pour une retraite à l'ombre des volcans | image © Sikelia
lundies-house-ecosse-mrtripper
Ecosse en septembre, pour une rentrée heureuse et peut-être pluvieuse qu'importe tant que la route passe par Wildand de Killiehuntly à Lundies House | image © Wildland
aman-new-york-mrtripper
New York en octobre, à temps pour l'ouverture d'Aman New York à l'angle de la 5th Avenue et prendre un bain quand Central Park se complait encore dans l'été indien | image © Aman
route-du-sud-maroc-mrtripper
Au Maroc en novembre, pour faire fi de l'automne et suivre l'une des plus belles routes au monde jusqu'aux confins du désert grâce à la très exclusive et inoubliable Route du Sud | image © Mr. Tripper
amankora-bhoutan-mrtripper
Au Bhoutan, en décembre dans la vallée fertile de Punakha où se trouve l'un des 5 lodges Amankora sous 20°C à 2000 mètres d'altitude | image © Mr. Tripper