MR. TRIPPER IS BACK FROM… SIX SENSES CON DAO

Oublié le temps, malheureusement pas si lointain où l’on envoyait ici, ou tout du moins aux alentours, les bagnards de la République Française puis Vietnamienne et plus récemment encore les valeureux et faux naufragés d’une célèbre émission de télévision. Oubliée la douleur passée comme la dureté d’un climat qui ne l’est pas vraiment en dehors de l’inévitable mousson sévissant ici 6 mois de l’année.

Xin Xao Con Dao !

how_new

Bien sûr, ceux qui veulent effectuer un travail de mémoire, pourront encore embarquer comme nombre de Vietnamiens, les bras chargés d’offrandes, dans l’une des liaisons régulières entre l’ancienne Saigon à destination de cette enclave de la mer de Chine assurées par Vasco. Ils se diront peut-être, eux-aussi, qu’il y avait là autrefois la terrible volonté d’enchainer ces malheureux condamnés aux portes d’un paradis terrestre car avouons le, l’archipel de Con Dao tient plus de la carte postale que de l’idée que l’on se fait du bagne. Atterrir sur l’étroite piste traversant de part en part l’ile principale de Con Son après 45 minutes d’un vol au-dessus des flots azurs n’est en effet qu’un très faible avant goût de ce qui attend aujourd’hui le voyageur moderne à destination de Con Dao.

Aucun de ces pavillons aussi contemporains que minimalistes (…) ne vient entacher la vision première de ce site, il faut bien le dire, parmi les plus sensationnels au monde.

Le site de Dat Doc à 15 minutes de là en voiture et où la chaine asiatique, aujourd’hui dirigée par Niel Jacobs, a décidé d’établir l’un de ses fleurons a de quoi surprendre. Car justement, rien ou presque ne pourrait laisser présager sur cette parfaite bande de sable d’1km et réservée à son seul usage de la présence de ce Six Senses Con Dao fugitivement entre-aperçu d’un des derniers lacets d’une route jalonnant les pitons rocheux cascadant dans la mer et alternant les criques aux eaux claires. Imaginer qu’ici, coincé entre les dunes et la mangrove d’une forêt primaire, aujourd’hui classée Parc National, et au détour de rivières se jetant dans une mer promulguée Réserve Marine allait s’ériger un Resort de quelques 50 villas avait de quoi faire frémir pour ne pas dire relever de l’impossible. Pourtant, quelques 6 ans plus tard, aucun de ces pavillons aussi contemporains que minimalistes, qu’ils soient en duplex en bord de mer, à privilégier sans autre forme de débat, ou en seconde ligne, ne vient entacher la vision première de ce site, il faut bien le dire, parmi les plus sensationnels au monde.

DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER



SIX SENSES CON DAO

RESORT

THE VERY BEST

♥♥♥

BOOK NOW

DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
DÉTAILS | photo © Mr. TRIPPER
Sans doute, devons nous remercier pour cela, la démarche environnementale et radicale de Reda Amalou et Stéphanie Ledoux du cabinet AW2, déjà auteurs du très remarqué Phum Baïtang ou plus près encore du Nam Hai de Hoi Han. En veillant à réduire au maximum leur impact sur la nature, ils ont, au-delà de la certification Green Globe 21, laissé s’exprimer le caractère autochtone et sauvage du lieu. Dans cet ensemble noyé dans le bleu de l’océan à l’instar de la piscine principale, ou oublié dans le végétal à l’image du Spa, il n’y a eu guère de place pour un ton plus haut que l’autre. Certes, le temps comme une gestion aléatoire entre un propriétaire et un opérateur pas toujours en phase ont depuis eu raison de la volonté de départ, de ce minutieux travail de reproduction et de récupération d’éléments anciens comme ce singulier patchwork de portes et volets formant les cabanes de fortune d’un village de pêcheur ou d’un marché vietnamien fantasmés, de cette belle variation autour du bois de Balau fragilisé par les embruns et la nature indomptable. Mais ce qui reste et qui ne cédera jamais à la facilité, c’est ce bleu qui rend heureux, ce bleu de l’océan ici célébré à travers les baies vitrées comme les yeux grands ouverts.

Ce bleu qui rend heureux, ce bleu de l’océan ici célébré à travers les baies vitrées comme les yeux grands ouverts.

Impossible de chercher à lui résister ! Il attire et ponctue chaque moment à la limite de l’obsession. Habiter l’un de ces pavillons-vigies littéralement posés sur la plage, rappelant l’esthétique comme le mode de vie californien ne cesse d’enchanter et de transporter au rythme de l’ondulation des flots obéissant ici à l’amplitude de marées spectaculaires. Il y a déjà cette idée, au prime abord saugrenue, d’une salle de bains au rez-de-chaussée, qu’il faut gagner par l’extérieur dans le cas de ces villas duplex et dont la baignoire se prolonge dans la piscine avant de se jeter dans la mer, qui échauffe le désir. Puis il y a ce plaisir commode et infini d’avoir à descendre une simple volée de marches protégée par l’ombre avant de s’élancer dans la lumière et courir sur le sable blond, terrain de jeu des crabes, et s’éclabousser de cette eau à la température encore jamais rencontrée ailleurs, parfois heureusement traversée de courants glacés comme autant de rappels à l’ordre à l’encontre de bains qui s’éterniseraient à jamais. Le jeu consiste alors à les alterner avec ceux de la piscine au risque de l’essoufflement ! L’enfant en chacun de nous guette au détour de cet amusement comme dans les courses de vélos aux selles et pédales houssées de coton grège venant comme toujours avec chacune des villas et qui mettent l’incontournable restaurant de plage baptisé By the Beach et ses petits déjeuners inoubliables à quelques minutes à peine.

six senses con dao
LA PLAGE POUR SEUL HORIZON | photo © Mr. TRIPPER

L’un des rares moments où l’envie de quitter son pavillon se fait sentir, peut-être pour le salut quotidien et toujours affable de Christopher Long qui veille autant aux cuisines qu’à savoir, peut-être plus que Huy le GEM ou Guest Experience Maker affecté à sa villa, sur quelle échelle du plaisir va se dérouler la journée qui s’annonce ou celle qui est venue à se clore. Dans un cas comme dans l’autre, que l’on choisisse de prendre son Non La, pour ne faire qu’un avec les jardiniers affairés au chevet des végétaux ou des herbes du potager biologique, d’arpenter le resort à travers ses ponts de bambou suspendus, au détour de ses chemins cyclables ou le long de la plage pour relier le Spa à l’Elephant Bar, le cinéma de plein air au Deli’cious glacier, ou que l’on préfère à raison l’intimité de son refuge et se rappeler, sous la ventilation naturelle d’une brise marine flirtant avec les claires-voies et de ventilateurs jouant des pales, du spectacle de la veille, il y a, au bout du compte, la certitude d’avoir laissé dans l’estran de cet océan universel la plus belle part de soi.

Il y a, au bout du compte, la certitude d’avoir laissé dans l’estran de cet océan universel la plus belle part de soi

Les moments passés à contempler cette mer de Chine, déroulant ses revifs aux pieds de lits tendus de coton blanc abritant les songes sous des voiles de moustiquaires aussi superflus que romantiques et ouvrant sur des balcons de bois grisés par le sel, bercé par le rythme des vagues et du vent, ont grevé le cœur à jamais et pardonné au temps comme aux hommes d’avoir entamé quelques contours et détails de l’élégance de cet hôtel du bout du monde. Encore des semaines après le retour sous des latitudes moins heureuses, il reste difficile de s’arracher totalement au souvenir du chant des oiseaux, du vol des libellules ou de la douce mélodie du soir sans parler des nuits passées à fouiller du regard les flots scintillants de cette baie éclairée par la lune sur laquelle l’étrange procession de bateaux de pêche au large venait à rappeler qu’une vie existe bel et bien par delà l’océan comme au delà de cette montagne derrière soi et baptisée Tête d’éléphant.

Sous cette ombre tutélaire qui veille tel un unique rempart, la civilisation moderne n’a plus qu’un lointain écho…

Sous cette ombre tutélaire qui veille tel un unique rempart, la civilisation moderne n’a plus qu’un lointain écho que chacun sera toutefois libre de rejoindre d’un coup de vélo où de scooter gracieusement mis à disposition pour aller admirer au moins une fois le coucher de soleil de ce côté de l’ile aujourd’hui colonisé par les cocoteraies et les vergers. On passera alors par l’unique ville à laquelle mène l’unique route déserte et sinueuse empruntant une alternance de cols échevelés et de collines ondoyantes, dégageant çà et là quelques silhouettes de temples colorés tutoyant les cieux déjà rougeoyants et rappelant pour leur part que certains ont souffert pour que d’autres gagnent de tels paradis comme celui de Six Senses Con Dao. Ainsi va l’histoire…

six-senses-con-dao-mrtripper
COUCHER DE SOLEIL AU BOUT DE L’ILE DE CON DAO | photo © Mr. TRIPPER

Vietnam version grand large

50 villas dont 15 Résidences de 1 à 4 chambres d’un seul niveau ou en duplex, toutes avec piscine privée et minimum  150m2 | 8 catégories de villas | privilégier les Ocean Duplex Front Villas

Dat Doc, Con Dao District, Province de Ba Ria Vung Tau, Vietnam | Aéroport de Con Dao-Co-Ong, VCS | Itinéraire : rome2rio.com 

Obtenir l'itinéraireOuvrir la carte toute seule en mode plein écran
SIX SENSES CON DAO | RESORT | THE VERY BEST ♥♥♥

chargement de la carte - veuillez patienter...

SIX SENSES CON DAO | RESORT | THE VERY BEST ♥♥♥ 8.694729, 106.630296 Read more...[su_button url=\"http://www.sixsenses.com/resorts/con-dao/destination\" background=\"#000000\" wide=\"yes\" center=\"yes\"]BOOK NOW[/su_button]Six Senses Con Dao Resort, Côn Đảo, Bà Rịa-Vũng Tàu, Vietnam (Itinéraires)
Ouvert toute l’année. 

Jan.Fev.Mar.Avr.MaiJui.Juil.AoûtSept.Oct.Nov.Déc.
28°29°31°32°31°30°30°30°30°30°29°28°
Let’s goWhy notNo way

Reda Amalou & Stéphanie Ledoux (AW2), architectes | John Allanson, General Manager | Guillaume de Lasteyrie, Resort Manager | Huy, Guest Experience Maker | Christopher Long, Chef Exécutif

Localisation et architecture uniques au sein d’un Parc National et d’une Réserve marine, spa, restaurant traditionnel, cinéma de plein air, vélos à disposition, excursions et activités sur mesure,… 

À partir de  485€ TTC/nuit en Ocean Duplex Pool Villa | Petit déjeunerWifi et transferts inclus | Liaisons aériennes ConDao – Ho Chi Minh via le resort à 210$ A/R par pers.

Tel : +84 64 3831 222  | Mail : reservations-condao@sixsenses.co | Web : sixsenses.com/resorts/con-dao