BACK FROM… THE ALPINA GSTAAD

Avoir envie de faire le break, de rétablir l’équilibre intérieur, d’aller toujours plus haut tout en ralentissant le rythme, de s’aérer tout simplement le corps comme l’esprit, sur un ou plusieurs jours, le temps d’un week-end, d’une semaine ou beaucoup plus ? Oublier alors le show hivernal, la foule et la folie des milliardaires, les listes d’attente à rallonges et privilégier l’été, idéal pour découvrir ce lieu de villégiature différent, ouvert depuis 18 mois maintenant pendant une saison vibrant, avec encore plus d’intensité peut-être, de juin à septembre d’un Festival de musique classique en l’honneur de Menuhin à un Open de Tennis International pour ne retenir que deux de ces grands événements attirant tout autant de passionnés qu’en hiver !

L'Alpina au pinacle !


Mettre le cap sur le pays d’Heidi, au coeur des Alpes Bernoises et du Saanenland,  à Gstaad, sur la colline d’Oberbort, la partie la plus exclusive de ce coin de paradis alpin marqué de l’empreinte légendaire de la main de Dieu se reposant après la création du Monde. Un monde ici protégé de tout, des curieux, des regards envieux comme de la folie immobilière, et tout aussi reculé à 2 heures de route de Genève, 2h30 de Zurich et pas moins de 6 heures de train de Paris ! Mais comment faire l’impasse sur un tel voyage, en Lyria d’abord, ce TGV franco-suisse filant jusqu’à Lausanne avant d’emprunter grâce au génial « Swiss Pass » un train pour Montreux et d’embarquer enfin dans le fameux « Goldenpass» jusqu’à destination, ce convoi de légende, survivance d’un chemin de fer révolu et aux vitres panoramiques offrant un point de vue sur les paysages époustouflants du Léman et de la Gruyère. De quoi n’éprouver aucun regret de ne posséder ou utiliser de jet pour atterrir sur le petit aéroport de Saanen à 6km de ce petit village pas tout à fait comme les autres ayant pour devise « Come up, slow down »

alpina-room-number-mrtripper
LA SIGNALÉTIQUE PARFAITE | photo © MR. TRIPPER
alpina-towels-mrtripepr
LE LINGE BRODÉ | photo © MR. TRIPPER
alpina-light-bell-mrtripper
LES LAMPES CLOCHES | photo © MR. TRIPPER
Une promesse bien réelle, tout comme celle de cet Alpina, seul et unique hôtel labelisé Virtuoso, terrassant de sa majestueuse silhouette et du haut de sa colline l’imposant Gstaad Palace aux tourelles légendaires, ancienne gloire romanesque et kitsch de la station. De ce « combat » entre David et Goliath, de ce match des élégances déclarer sans détour l’Alpina avec ses seules 56 chambres et suites vainqueur par KO. Avec des balcons pour chacune d’entre elles, des vues panoramiques à tous les étages sur les massifs du Spitzhorm et du Oldenhorn d’un côté ou la vallée de l’autre entre les pins fiers et les nuages filants, le son des cloches des troupeaux au loin, l’air pur et silencieux déchiré par le sifflement du Golden Pass entrant en gare, avec 30m2 minimum d’espace à vivre jusqu’à 400m2 pour l’époustouflante Panorama suite, ne pas avoir besoin de plus d’arguments ! Ici plus qu’ailleurs être assurément question de monter très haut pour se laisser aller à une volupté sans pareille. Visiter cette suite 501 située au 5ème et dernier étage achevant définitivement tout débat sur ‘l’idée du luxe alpin, un duplex de 3 chambres avec cuisine, salle de sport, spa privés, jacuzzi en terrasse et une vue époustouflante à la clé comme pour toutes les chambres numérotées de 1 à 5, celles se terminant de 6 à 12 se réservant la vue sur la vallée. Alors, à défaut de pouvoir s’offrir un tel summum d’élégance et cet étage réservé aux juniors suites les plus prisées des amateurs de style chalet, de sous-pentes et de recoins comme la 505, ralliant tous les suffrages, opter pour n’importe quelle autre avec l’assurance de posséder la chambre parfaite.

alpina-bathroom-mrtripper
LA PIERRE ET LE BOIS | photo © MR. TRIPPER
alpina-bath-panorama-mrtripper
LA ROBINETTERIE GRAPHITE | photo © MR. TRIPPER
alpina-bathtub-mrtripper
L’ART OMNIPRÉSENT | photo © MR. TRIPPER
Pas la peine de chercher pour autant les robinets dorés, ici au pire en inox brillant au mieux en graphite, les éclairages aléatoires et multicolores, ici sur variateurs enchâssés dans des cloches de verre, des abats jours de peaux cousues ou gainés de cuir surpiqué, les fourrures plus ou moins fausses et les velours criards, ici le luxe du coton peigné, des moquettes épaisses, des tapis rebrodés et du cuir façon cordoue, les reproductions ou lithographies alpines et naïves épinglées sur les murs, ici des photos contemporaines ou des papiers découpés traditionnels (les fabuleux Scherenschnit), le mobilier sériel et design, ici des coffres et armoires anciennes chinés à travers toute la Suisse, les gadgets inutiles, ici du Bang&Olufsen sobre et parfaitement intégré à l’image de la domotique remarquable malgré l’absence de station d’accueil, de tablette numérique ou de système audio généralisé, les dressings exiguës et les amenities un peu chiches, ici incroyablement vastes pour les uns, exhaustives et superlatives pour les autres, partout tradition et modernité se rencontrant dans une harmonie douce et joyeuse sans démesure autre que celle de l’espace et du confort absolu. Emprunter l’incroyable route souterraine pour arriver sur les lieux, gravir l’escalier à double révolution sous le plafond peint de cette ancienne chapelle, découvrir le Spa labelisé Six Senses de plus de 2000m2, sa piscine de 25 mètres creusée dans la roche avec sons et lumières dignes de la grotte de Venus chère à Ludwig, ses installations sportives remarquables ou prendre place dans la salle de cinéma-lounge pour 14 spectateurs pour finir de se convaincre du caractère exceptionnel et unique de l’endroit comme ce restaurant japonais signé Megu, le premier du genre implanté à la neige ! Absurde ? Absolument pas, un pari audacieux et follement harmonieux, une perfection absolue de l’architecture à l’assiette pour à peine 40 convives d’un menu Omakase dantesque mais surtout à nouveau la rencontre parfaite de deux univers, avec pour seul exemple cette cloison paravent en lattes de bois alpestre et rustique d’un côté transformée en papier peint japonais chatoyant et fleuri de l’autre, ces marches-rochers en apesanteur sur une moquette de soie grège comme un jardin zen.

alpina-panorama-suite-mrtripper
LE SUMMUM DU LUXE | photo © MR. TRIPPER
alpina-gym-private-mrtripper
LA SALLE DE SPORT PRIVÉE ¬ photo © MR. TRIPPER
alpina-spa-private-mrtripper
LE SPA PRIVÉ | photo © MR. TRIPPER

Trouver personnellement parfois le mélange moins heureux dans la rencontre provisoire d’oeuvres d’art pourtant remarquables de la collection personnelle du propriétaire exposées sans véritable motivation ou l’accrochage aussi provisoire qu’hasardeux durant la saison de l’exposition « Own your own Van Gogh », la reproduction inédite des oeuvres les plus célèbres du peintre produites et certifiées par le Musée Van Gogh, himself ! S’interroger devant pareille concession à la facilité et au merchandising comme sur la présence de nombreuses vitrines proposant parures et accessoires au luxe affiché, catalogues et brochures  commerciales garnissant exagérément les chambres. Pas évident de rester fidèle à cette prosodie suisse, à cet éloge de la lenteur et de la simplicité, de résister à la tentation de satisfaire tous les goûts d’une clientèle internationale en tentant par ci par là, les très grands millésimes, le caviar ou le diamant, de voir l’opportunité réelle de faire de cet endroit, sans se départir de sa modernité, un conservatoire de l’Art de vivre hélvète exceptionnel, tous les ingrédients étant à disposition dans l’architecture et la conception du lieu comme dans la nature environnante. S’étonner de ne pas trouver en la cuisine du Sommet, second restaurant étoilé et mérité de l’hôtel ni dans une véritable signature olfactive ou florale.

alpina-wood-spa-mrtripper
LE BOIS OMNIPRÉSENT | photo © MR. TRIPPER
alpina-light-spa-mrtripper
JUSQUE DANS LES LUMIÈRES | photo © MR. TRIPPER
alpina-lounge-spa-detail-mrtripper
ET SUR LES MURS | photo © MR. TRIPPER

Curieuse dichotomie encore que celle séparant les salons de cette terrasse approximative à bien des égards et pourtant divine en cette saison. Pardonner bien évidemment ces petits tatonnements de jeunesse, passer de même sur le manque de véritable protocole dans les soins prodigués dans un spa peut-être un peu trop Six Senses et insuffisamment Alpina, mais s’agacer tout de même de voir la multitude de soins ou d’activités à disposition là encore peut-être trop nombreuses pour être parfaitement mises en avant. Rien ne venant à manquer au catalogue de l’hôtel ou de l’Office du Tourisme en cette saison : du yoga au pilates en passant par le tai-chi d’un côté, le survol en hélicoptère, le canyoning, l’escalade, la randonnée, l’équitation, le tennis, le VTT, le parapente, le rafting ou la pèche de l’autre. Pourtant, sentir l’ensemble manquer encore un peu de cohérence, d’un fil rouge reliant le tout pour des expériences inédites et labelisées Alpina d’un bout à l’autre… pour l’amoureux des montagnes, de la Nature avec un N majuscule, pour celui voulant à l’instar des enfants pouvant en saison se former aux langues, apprendre des agriculteurs le soin porté aux troupeaux ou à la fabrication des fromages dans l’un des 80 alpages de la région, des guides de montagne la faune et la flore locale, de Christian Turkier, la sophrologie, de Julian Balmer, le yoga, d’Antonio Sarris, élu meilleur masseur du monde selon Spa Finder l’art du palper rouler ou de l’exceptionnel Christian Kurmann, miraculé de la vie, les infinies richesses de la méditation. Que de héros et de talents réunis par Eric Favre, l’affable général manager, autour de Jennifer Dean, « gentille organisatrice » ou de Marcus G. Lindner, le chef étoilé, tous suisses des plus délicieux choisis par leurs pairs d’origine ou d’adoption, Marcel Bach, l’ancien guide de montagne d’un côté et Nachson Mimran, l’héritier de l’empire du sucre de l’autre, heureux duo de propriétaires, là encore très contrasté, de cet Alpina absolument hors normes conçu par le cabinet Jaggi & Partner, maitre-artisan du chalet suisse, Hirsch Bedner Associates, habitué des plus grandes réalisations hôtelières à travers le monde comme P49 deesign, l’architecte du spa, Jean Mus le poète jardinier et Noé Duchaufour-Lawrance, le très talentueux designer du Megu. De là à tenir de cette partition écrite à tant de mains le petit manque de cohérence de l’endroit ?

alpina-sommet-mrtripper
LE RESTAURANT ÉTOILÉ | photo © MR. TRIPPER


ALPINA

GRAND HOTEL

THE VERY BEST

♥♥♥

BOOK NOW

Peut-être bien, mais avec un coût de construction et d’aménagement suffisamment phénoménal pour être cité de 336 millions de dollars pour 56 chambres, pas besoin de faire le calcul pour mesurer l’ampleur de la tâche ni comprendre la démesure du ratio par chambre ! Ne pas s’inquiéter pour autant de payer pour cela, l’ hôtel ayant été, pour la petite histoire, entièrement financé par la vente de 3 chalets construits sur le terrain et la location d’appartements sur ses 2 ailes latérales, mais s’attendre néanmoins à débourser tout de même en haute saison hivernale jusqu’à 21.000 francs suisses  la nuit en Panorama Suite, certes, un tarif très allégé jusqu’à près de 50% en été, le premier prix de la chambre deluxe vue vallée passant lui de CHF850 à CHF650 soit 535€TTC avec petit déjeuner inclus. Ne pas hésiter à profiter maintenant d’un tel tarif ou de l’un des très ou trop nombreux forfaits imaginés pour l’été, car pas la peine de rêver venir l’année prochaine entre Noël et jour de l’an, pendant les vacances d’hiver ou de pâques !

Avoir balayé pour vous le calendrier de l’hôtel ici et n’avoir trouvé sans surprise aucune chambre disponible à ce jour ! Tenir de source sûre l’énormité de la demande jusqu’à 6 fois supérieure à l’offre en ces périodes mais aussi l’existence d’une liste d’attente, alors à vos téléphones : +41 33 888 9888 ou à vos emails : info@thealpinagstaad.ch.

“Amis anglophones”, English readers, did you like this post? The english version is available here on Blouin Art Info – the site for unparalleled access to the world of art and culture.

« Come Up, slow down »

56 chambres et suites avec balcons de min. 30m2 | 5 catégories de chambres | Chambre préférée 505 et toutes les chambres avec des numéros se terminant de 1 à 5 avec vue sur les massifs du Spitzhorm et du Oldenhorn | Label Virtuoso

Alpinastrasse 23, 3780 Gstaad, Suisse | Aéroports de Berne, Zurich ou Genève-Cointroin | Gare de Saanen via le Golden Pass | Itinéraire : rome2rio.com

Obtenir l'itinéraireOuvrir la carte toute seule en mode plein écran
THE ALPINA GSTAAD | GRAND HOTEL | THE VERY BEST

chargement de la carte - veuillez patienter...

THE ALPINA GSTAAD | GRAND HOTEL | THE VERY BEST 46.475879, 7.288256 Read more...[su_button url=\"http://www.thealpinagstaad.ch/\" background=\"#000000\" wide=\"yes\" center=\"yes\"]BOOK NOW[/su_button]The Alpina Gstaad, Alpinastrasse, Gstaad, Suisse (Itinéraires)

Ouvert de mi-décembre à fin mars et de début juin à fin septembre.

Jan. Fev. Mar. Avr. Mai Jui. Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc.
11° 13° 15° 21° 20° 19° 18° 15° 10°
Let’s goWhy notNo way

Marcel Bach & Nachson Mimran, propriétaires | Eric Favre, general Manager | Markus G. Lindern, chef de cuisine | Hirsch Bedner Associates, P49 deesign, Noë Duchaufour-Lawrance, designers | Jean Mus, paysagiste

Luxe, douceur de vivre, harmonie, confort absolu, restaurants étoilés le Sommet et Megu, spa Six Senses de 2.000m2, collection d’Art contemporain et de papiers découpés, salle de cinéma privée 

À partir de CHF650 ou 535€ TTC  avec petits déjeuners et wifi inclus

Tel : +41 33 888 9888 | Email : info@thealpinagstaad.ch | Web : thealpinagstaad.ch

alpina-view-large-countryside-mrtripper
LA VUE SUR LES ALPAGES À BORD DU TRAIN | photo © MR. TRIPPER