SOUNDS TO TAKE AWAY… WINTER 2018

Il est venu le temps de célébrer l’hiver, celui des joies et des peines, entre deuil et innocence. Derrière tout mal, il y a un bien et cette saison ne fait pas exception à la règle.

Winter time !

Ce n’est pas la plasticienne Sophie Calle qui dira le contraire puisque de la perte de son animal fétiche, le chat souris, elle aura fait avec la fine fleur de la musique d’aujourd’hui, l’un des albums les plus marquants de l’année. Sur les 36 titres de cet album unique en son genre, il n’était pas trop de deux titres signés Stephan Eicher et Alex Beaupain pour en prendre toute la mesure.

Idem pour celui signé sous le label Tricatel de Bertrand Burgalat. Il ne fallait pas moins de trois titres pour se rendre compte que derrière « La nuit est encore jeune » de Catastrophe se cache peut-être l’un des albums les plus lumineux de l’année à l’instar de celui signé Flavien Berger et dont le titre Dyade constitue sans aucun doute le point d’orgue. Délicieusement rêveur, cet opus n’a rien à envier à l’ambiance hypnotique et glacée du « Feel the Void » de Scratch Massive, aka Maud Geffray et Sebastien Chenu, ou du « Kuopio » de Paul Alexander, extrait de son premier album « Astropsychosis ».
De rêve, il est également question pour SG Lewis et son bien nommé « Dreaming » porté par la voix langoureuse de Bruno Major. À l’instar de William Fitzimmons, le songwriter anglais donne à cette playlist hivernale des notes aussi heureuses que prometteuses. N’oublions pas la magie de Noêl et des fêtes ! Les reprises de « What a wonderful world » par Soap & Skin et « Just like Christmas » par Pale Blue sont là pour nous le rappeler avant que Nude et son Adriatique et bien plus encore Luciano et son incroyable titre de 15 minutes ne nous entrainent vers l’inconnu d’une nouvelle année riche de promesses.

Comme toujours, les 15 Sounds to take away, sont à écouter ou à télécharger sur Itunes. | Vidéo © Catastrophe