SOUNDS TO TAKE AWAY… SPRING 2020

Face au bouleversement que connaît actuellement le monde, ces “sounds to take away” ne pouvaient faire l’économie d’une prière voire de plusieurs. C’est donc sur les psalmodies orchestrées par Luke Howard que s’ouvre cette playlist dédiée au renouveau qui plus que jamais nous attend en ce printemps 2020.

Après l'ombre, la lumière !

Ses chœurs sans paroles rendant grâce à la nature et consacrant l’humilité dont nous devrions faire preuve face à la menace trouvent aussi bien un écho dans “Prayer” de Jack Penate, enfin de retour, ou “Human” le dernier opus de Rone venant clore cette série de 15 titres à télécharger comme toujours sur Itunes.

Entre les deux, place à de longues plages méditatives et quelques réflexions sur l’état du monde menées par quelques-unes des plus grandes voix du moment. A l’instar d’Agnès Obel qui signe son grand retour et s’inquiète de l’implacable ordre des choses, la non moins divine Céleste, révélation de l’année, s’interroge quant à elle sur la fragilité du rapport humain également sondé par Yael Naïm dans ses troublantes “Night songs”.

Il est temps de se réveiller et de prendre conscience de ce qui nous entoure. “Where were we?” Où étions-nous, nous demande Tom Day en ouverture de son nouvel album downtempo “Some Reflections”.
Étions-nous trop occupés à lever un nouveau tabou comme le suggère l’enivrant duo californien de The Saxophones ? N’avions-nous rien vu venir sur cette terre, ce “Pale blue dot” tel qu’il nous est apparu en 1990 photographié par la sonde Voyager et aujourd’hui célébré sur le fascinant deuxième album du trio Cubicolor ? La litanie de Vivian Wang sur “Lions”, le titre éthéré de Jenny Hval nous invite à le regarder aujourd’hui de plus près avec l’attention qu’il mérite pour en voir toutes les nuances comme dans le nouveau “Ballet” multicolore et fantasque de Sebastien Tellier signant là son grand retour après 6 ans d’absence. ” The world needs colors” nous susurre la voix merveilleuse de Ruth Radelet, “Love & happiness, that’s all we need” nous dit encore Victor Solf sur “Aftermath”. Soit ! Efforçons-nous alors de voir le monde sous son meilleur jour comme le suggèrent la leader du groupe Chromatics ou l’ex-chanteur du fabuleux duo Her.

Le printemps n’est-il pas cet intermède merveilleux, cet “Intermezzo” miraculeux comme nous le chante l’Ukranienne Natalia Modenova sur “Epoca blu” de Simon Says ? Après l’ombre vient toujours la lumière ! | Vidéo © Cubicolor-Anjunadeep